L'année 2020 a été la pire année de l’histoire de l’aviation en Algérie et partout dans le monde. C'est le constat qui s'est dégagé des statistiques établies par l'Association du transport aérien international (IATA) et qui ont démontré les effets dévastateurs qu'a engendrés la crise sanitaire liée au Covid-19 sur le transport aérien mondial.

Le secteur des transports aériens a enregistré au cours de l’année écoulée un bilan catastrophique. C’est ce qu’il convient de retenir des statistiques détaillées de l’IATA pour l’année 2020. Selon les données communiquées par cet organisme, les différentes mesures prises pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus ont fait chuter de 60,2 % le nombre des passagers des compagnies aériennes dans le monde au cours de l’année 2020. En 2019, ils étaient 4,5 milliards de passagers à avoir pris l’avion, tandis que 1,8 milliard de passagers seulement ont pris les transports aériens en 2020.

Durant la même période, la demande internationale de passagers (RPK) a diminué de 75,6 % en 2020, et de 65,9 % en ce qui concerne la demande de transport aérien à l’échelle de l’industrie. L'IATA a souligné que les pertes ne se résument pas aux voyages internationaux. En effet, la demande sur les vols domestiques a baissé de 48,8  % par rapport à 2019.

À lire aussi :  Nouveaux vols d'Air Algérie : Les Algériens de France frustrés

Aérien : Des pertes qui s'élèvent à plus de 125 milliards de dollars

Il faut dire que la suspension du trafic aérien dans de nombreux pays a gravement impacté les caisses des différentes compagnies aériennes. D'après l'IATA, le total des revenus passagers de l’industrie a atteint 189 milliards de dollars en 2020, soit 69 % de moins que l'année 2019. Les pertes nettes du secteur aérien s'élèvent ainsi au total de 126,4 milliards de dollars.

De quoi provoquer de graves crises financières pour les compagnies aériennes, dont certaines ont été forcées à licencier plusieurs de leurs employés. « 2020 a été une année que nous aimerions tous oublier », a indiqué Willie Walsh, directeur général de l’IATA. « Un million d’emplois ont disparu. Et les pertes de l’industrie pour l’année ont totalisé 126 milliards de dollars », a-t-il souligné. Face à cette situation « de nombreux gouvernements ont reconnu les contributions essentielles de l’aviation et ont fourni des bouées de sauvetage financières et d’autres formes de soutien. Mais ce sont les actions rapides des compagnies aériennes et l’engagement de notre personnel qui ont permis à l’industrie du transport aérien de traverser l’année la plus difficile de son histoire », a ajouté Willie Walsh.

Air Algérie, au bord du gouffre financier

En Algérie, l'année 2020 a également été très difficile pour la compagnie aérienne Air Algérie. Les responsables algériens avaient décidé, en mars 2020, de fermer les frontières algériennes, pour ne les ouvrir partiellement qu'en juin 2021. Pendant toute cette période, la flotte aérienne de la compagnie Air Algérie, composée de 56 avions, est restée quasiment à l’arrêt. Selon les chiffres de la direction d’Air Algérie, l’entreprise publique a transporté 1,5 million de passagers en 2020, contre 17 millions en 2019.

À lire aussi :  Vols France-Algérie : Une nouvelle grève annoncée à l'aéroport de Lyon

« Nous n’avons jamais connu une telle baisse en quelques mois », a indiqué Amine Andaloussi, porte-parole d’Air Algérie, qui a évoqué une « chute drastique » des revenus de la compagnie. Avec un recul de 37 % de son bénéfice net, le transporteur public a essuyé des pertes qui ont atteint les 250 millions d’euros.