La Fédération internationale de football (FIFA) a rendu, ce jeudi 12 août, son verdict dans l'affaire qui opposait le technicien tunisien Yamen Zelfani, à son ancien club, la JS Kabylie. Limogé en novembre 2020 par la JSK, l'entraîneur tunisien Yamen Zelfani, a saisi la FIFA pour licenciement abusif. Il a réclamé le paiement de ses arriérés de salaire.  

La chambre des litiges de la FIFA a rendu, ce jeudi 12 août, son verdict dans l'affaire qui opposait le technicien tunisien Yamen Zelfani, à son ancien club, la JS Kabylie. Selon la chaîne El Heddaf, l'instance suprême du football mondial a tranché en faveur de l’entraîneur tunisien. "La FIFA a condamné la direction de la JS Kabylie à payer son ancien entraîneur, Yamen Zelfani la somme de 10,2 millions de dinars (1,02 milliard de centimes)".

La FIFA condamne la JSK à payer 1,02 milliard à l'ancien entraîneur Zelfani

Selon la même source, cette somme de 1,02 milliard de centimes représente les arriérés de salaire que réclamait le technicien tunisien suite à son limogeage en novembre 2020 de son poste à la JS Kabylie. Selon les règlements de la FIFA, la direction de la JSK aura 45 jours pour régler cette somme à son ancien coach. Faute de quoi, la FIFA appliquera la règle de pénalité de retard à savoir 5% de la totalité de la somme et surtout l'interdiction de recrutement pour le club kabyle lors du prochain mercato.

Le Tunisien Aymen Zelfani, a fait part en décembre 2020 dans un entretien au journal tunisien Al Araby El Djadid de sa décision "de saisir la FIFA pour faire valoir ses droits suite à  son limogeage". Tout en reconnaissant avoir dit au président de la JSK Cherif Mellal qu’il lui était "impossible de continuer à travailler dans les conditions dans lesquelles il était", à savoir "sans licence CAF A, l‘autorisant à exercer en Algérie".

"Yamen Zelfani a pris 1,4 milliards", affirme Cherif Mellal

Aymen Zelfani soulignera toutefois  son"étonnement" d’apprendre "son  limogeage", et surtout "la nomination d’un  nouvel entraîneur" le jour même du match face au CABBA comptant pour la première journée de la nouvelle saison, sans que "lui même n’ait eu à résilier son contrat". Dans le même entretien, Zelfani a ajouté qu’il comptait bien "faire valoir (ses) droits" et "récupérer (ses) arriérés de salaire de (son) ex-employeur auprès de la FIFA".

Pour sa part, le président de la JSK, Cherif Mellal, a démenti l’information selon laquelle Yamen Zelfani avait saisi la FIFA pour faire valoir ses droits après son licenciement par la JSK. "Je ne pense pas qu’il ait saisi la FIFA. Nous sommes à l’aise sur ce dossier. Zelfani a pris 1,4 milliard de centimes", a assuré le président de la JSK le 4 décembre 2020 dans un déclaration à la radio algérienne. "La signature de la résiliation du contrat a été faite le 28 novembre dernier. J’entends des choses, mais pour le moment, je ne veux pas y prêter attention du moment qu’à notre niveau, tout s’est fait en bonne et due forme", a-t-il certifié.