Le secteur des transports, notamment celui routier, souffre du manque de main d'oeuvre en France. Le secteur offre entre 40 000 et 50 000 postes d'emploi en tant que chauffeurs routiers, selon la Déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), Florence Berthelot.

« On recherche entre 40 000 et 50 000 candidats », a fait savoir Florence Berthelot, invitée sur le plateau de BFM Business. Elle précise toutefois que les entreprises du secteur des transports ne cherchent pas uniquement des chauffeurs, comme les exploitants et les caristes, entre autres.

Selon la même responsable, ce problème existe depuis quelques années, mais il s'aggrave avec notamment la crise sanitaire liée au Covid-19. « C'est un problème que nous avons depuis un certain temps. Depuis une première reprise en 2017, on recherchait 25 000 personnes, et cela s'aggrave », a-t-elle affirmé.

Il faut dire que cette crise dans le secteur des transports routiers a été accentuée par la reprise économique, très vive. Cette dernière nécessite des niveaux de livraisons soutenus qui ont besoin impérativement de recrutements massifs. Au même moment, le secteur fait face à une vague de départs à la retraite.

C'est pour ces raisons que la responsable de la FNTR, Florence Berthelot, a tiré la sonnette d'alarme. D'ailleurs, les entreprises ne posent pas de conditions de recrutement : « À n'importe quel âge et quel que soit le niveau de diplôme […] Il y a des postes pour absolument tout le monde. Pourvu que les gens postulent ». Et la filière propose un système de formations complet.

À lire aussi :  Richesse mondiale : La part des 1 % les plus riches a augmenté en 2021, selon le rapport Global Wealth

Des salaires à 2000 euros bruts dans le transport routier

Le secteur du transport routier a longtemps souffert de son image, peu reluisante : rémunération, déplacements, travail solitaire, éloignement, irrégularité des temps de repos et de restauration. Mais les entreprises font des efforts. En effet, Florence Berthelot explique qu'« aujourd'hui, quand vous rentrez dans ce métier, vous touchez, selon les entreprises, 2000 euros bruts auquel vous rajoutez des frais de déplacements ».

La Déléguée parle ainsi de postes de travail dans « la livraison à domicile, la livraison longue distance, du BtoB, du BtoC », où « chacun peut trouver son compte et les entreprises s'adaptent énormément aux attentes des candidats ».