L’opposition ne lâche pas Cherif Mellal, qu’elle veut destituer du poste de président de la JS Kabylie. Elle semble en effet décidée à aller jusqu’au bout pour évincer ce dernier et prendre les reines du club dès cet été. Yazid Yarichen, Malik Azlef, Rachid Ali-Azouaou, Ali Bouzit et Djaffar Aït-Mouloud, entre autres, sont d’ailleurs confiants pour la suite des évènements.

Les jours de Cherif Mellal à la tête de la JSK sont-ils comptés ?

Pour ses opposants, la réponse est oui. Ils affirment qu’ils ont eu toutes les garanties pour prendre la direction du club en remplacement à Cherif Mellal. Ils ont d’ailleurs pu obtenir, ce lundi 6 septembre 2021, l’ordonnance de récupérer le registre de commerce, la seule pièce qui leur manquait pour valider leur dossier et prendre ainsi la présidence de la JSK.

Cherif Mellal confiant sur son avenir à la tête de la JSK

Cette information a d’ailleurs été confirmée par Cherif Mellal lui-même. Ce dernier reste toutefois confiant et imperturbable. « Malgré qu’ils ont obtenu cette ordonnance, je dirais aux supporteurs de la JSK, ne vous inquiétez pas. On a 15 jours pour faire appel », a t-il déclaré dans un enregistrement audio partagé sur les réseaux sociaux. Il a, à la même occasion, démenti la rumeur faisant état de l’encerclement du siège du club par les services de sécurité.

Un bras de fer qui dure, à la tête de la JSK

Il s’agit en fait d’un bras de fer qui ne date pas d’hier entre les deux parties. Le mois de mars dernier, le club sportif amateur (CSA) de la JSK a tenu une assemblée générale extraordinaire. Lors de cette réunion, il a décidé de destituer Cherif Mellal de la tête du club.

Un nouveau conseil d’administration composé de cinq membres, à savoir Yazid Yarichen, Malik Azlef, Rachid Ali Azouaou et Ali Bouzit et Djaffar Aït Mouloud, a été mis en place. Ce nouveau Conseil d’administration a désigné Yazid Yarichen comme nouveau président.

Le clan de Cherif Mellal n’a pas reconnu l’AG extraordinaire, encore moins les décisions prises. C’est ainsi qu’il a continué à exercer ses fonctions comme si de rien n’était. La galerie des Canaris a d’ailleurs cru que tout était entré dans l’ordre et que les autres actionnaires ont décidé de passer à autre chose.

« Pauvre JSK ! »

Ce n’était finalement qu’une partie remise puisque Yarichen et ses collaborateurs sont revenus à la charge cet été, décidés plus que jamais à prendre la direction de la JSK. Ce conflit semble d’ailleurs bien parti pour s’inscrire dans la durée au grand dam du club et de ses nombreux supporteurs qui ne savent plus à quel saint se vouer. « Pauvre JSK ! » se disent-ils.