C’est une information invraisemblable qui a fait la Une de plusieurs médias ce samedi 11 septembre. Trois joueurs de la sélection de football du Djibouti ont refusé de rejoindre leur pays au lendemain de la lourde défaite subie contre l’Algérie le 2 septembre dernier à Blida pour le compte des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA 2022.

Depuis le 3 septembre, soit au lendemain du match opposant le Djibouti à l’Équipe d’Algérie à Blida, le gardien de la sélection du Djibouti et de deux de ses coéquipiers en sélection se trouvent toujours dans la zone de transit de l’aéroport d’Orly, où la délégation Djiboutienne avait fait escale à son retour d’Alger.

3 joueurs du Djibouti demandent l’asile politique en France

Le 3 septembre dernier, alors que sa sélection allait partir pour le Maroc, via Paris, 3 joueurs de la sélection de Djibouti – Nasrodin Aptidon, Bilal Hassan et Aboubakar Elmi – se sont cachés pour rester à Paris et demander l’asile politique en France.

Les raisons ? Les trois joueurs refusent de rejoindre leur pays par peur de représailles de la part des autorités djiboutienne suite à la lourde défaite par 8 buts à 0 concédée le 2 septembre face à l’Algérie aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2022.

« Ils sont embêtés par le gouvernement dès qu’ils disent quelque chose qui dérange, et étaient effrayés à l’idée de rentrer à Djibouti après avoir perdu avec un aussi gros écart. Ils n’avaient pas prévu cela et ont pris la décision en étant à Paris », explique Jean-Loup Schaal, président de l’Association pour le respect des droits de l’homme à Djibouti à la BBC.

« Hassan a été forcé de faire des choses qu’il refusait de faire, comme arrêter des membres de sa famille », ajoute Jean-Loup Schaal. Ce dernier souligne que les joueurs lui avaient dit que la lourdeur de la défaite de Djibouti face à l’Algérie avait suscité des craintes quant à ce qui pourrait leur arriver à leur retour dans ce pays d’Afrique de l’Est. Les trois  internationaux travaillent pour l’État du Djibouti, et craignent de finir en prison s’ils se voient refuser l’asile. Elmi travaille pour les services de police tandis que Hassan aurait demandé l’asile politique après avoir affirmé avoir été contraint de suivre des ordres qu’il ne voulait pas exécuter alors qu’il servait dans la Garde républicaine du Djibouti.

Deux joueurs ont pu quitter l’aéroport d’Orly à Paris

Le 9 septembre, les deux joueurs du Djibouti Hassan et Bilal ont obtenu de l’aide et ont ainsi pu quitter Orly. Mais le gardien Nasrodin Aptidon, lui, est toujours dans l’attente d’une solution. Il n’est pas autorisé à circuler en France, il passe donc sa journée dans la zone de transit avant d’être ramené dans l’hôtel de cette zone pour dormir. Il plaide sa cause auprès des autorités compétentes pour obtenir l’asile.