Pas de retour à la normale du trafic aérien avant 2025-2027. C'est ce qu'a indiqué le Président Directeur général (PDG) du groupe ADP (Aéroports de Paris) Augustin de Romanet. Ce n'est pourtant pas l'avis de la compagnie irlandaise low cost Ryanair, qui prévoit un regain d'activité prochainement. 

Le trafic aérien a été fortement perturbé par la crise sanitaire liée au coronavirus. Les différentes compagnies aériennes ont suspendu leurs activités durant pratiquement l'année 2020. Celles-ci ont été d'ailleurs durement impactées sur le plan financier.

Cette année 2021 marquée par la décrue de cette maladie et le développent des vaccins anti-Covid-19, a connu une certaine reprise des activités de l'aérien. La relance est loin d'atteindre sa vitesse de croisière dans la mesure ou le coronavirus est toujours en circulation.

Cette reprise « timide » va encore s'inscrire dans le temps, selon les précisions du groupe ADP qui a estimé que le retour à la normale du trafic aérien ne pourra pas intervenir avant 2025/2027. « Nous demeurons dans nos perspectives entre 2025-2027 », a-t-il déclaré jeudi dernier à Radio Classique. « Le fait que les pays d'Asie et les États-Unis soient pour des raisons différentes quasiment fermés au trafic aérien international nous pénalise beaucoup », a-t-il expliqué.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : des clients d'Air Algérie attendent toujours

Ryanair prévoit une grande reprise

Ce n'est pourtant pas les prévisions de la compagnie irlandaise low cost Ryanair, qui voit grand pour les prochaines années. Cette dernière espère atteindre en effet 225 millions de passagers en mars 2026 contre 149 millions avant la pandémie.

« Le modèle de Ryanair est très particulier, c'est le modèle d'une compagnie qui, en quelque sorte, rançonne les aéroports. Ryanair n'accepte pas de payer le vrai prix des investissements. La plupart du temps, Ryanair arrive dans les aéroports subventionnés par les collectivités publiques », a soutenu cependant le PDG du groupe ADP.

Quoi qu'il en soit les compagnies aériennes traversent une zone de turbulence jamais égalée. Elles espèrent en finir dans les plus brefs délais.