La discrimination envers les étrangers est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans de nombreux pays d’Europe, particulièrement en France. Pire encore, le racisme envers les travailleurs étrangers est devenu monnaie courante chez certains patrons d’entreprises, comme le révèle cette histoire de 7 ouvriers, dont des Marocains, qui se disent victimes de racisme de la part des responsables sur un chantier naval en France. 

Des ouvriers étrangers victimes de racisme sur un chantier naval en France

7 ouvriers, récemment licenciés de l’entreprise espagnole Pine, sous-traitante aux Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire en France, dénoncent les insultes racistes, le harcèlement et les humiliations dont ils auraient été victimes, rapporte France Bleu ce lundi 20 septembre.

Ces ouvriers, tous résidents espagnols mais originaires du Maroc, du Pérou et du Sénégal, ont envoyé leurs plaintes à la direction de l’entreprise en Espagne ainsi qu’à l’Inspection du travail en France, ajoute la même source.

« Le chef de chantier nous hurlait dessus en permanence, on ne pouvait même pas faire de pause pour aller aux toilettes, il nous disait d’uriner dans des bouteilles d’eau. Il nous envoyait aussi voler du câble électrique sur les autres bateaux », raconte à France Bleu Abdel, résident espagnol originaire du Maroc, salarié chez Pine depuis 7 ans.

« On se faisait traiter de sales arabes ou de négros », dénonce un travailleur marocain

« Et puis il y avait des insultes racistes, on se faisait traiter de sales arabes ou de négro, je suis révolté, on n’est pas des chiens ! » ajoute ce travailleur marocain, dont le prénom a été modifié par le média français pour des raisons d’anonymat. De son côté, le chef de chantier mis en cause se dit très surpris par ces accusations et nie tout en bloc. Pour se faire entendre, les ouvriers ont envoyé leurs plaintes à la direction de l’entreprise en Espagne ainsi qu’à l’Inspection du travail.