Le débat sur la périodicité de la Coupe du Monde de football bat son plein depuis quelques semaines. L'annonce par la FIFA de son projet d'organiser une Coupe du Monde tous les 2 ans, au lieu d'une tous les 4 ans, a suscité de nombreuses réactions. La dernière en date vient de l'UEFA, la puissante entité footballistique européenne, qui a tenu à répondre au projet de la FIFA.

Le 3 septembre dernier, Arsène Wenger, le directeur du développement du football mondial de la FIFA, annonçait dans les colonnes du journal L'Équipe que l'instance qui dirige le football mondial envisageait d'organiser la coupe du monde « tous les deux ans au lieu de tous les quatre ans ».

L'UEFA répond au projet de la FIFA d'un Mondial tous les 2 ans

Une proposition qui a fait réagir l’UEFA, à travers un communiqué publié le 22 septembre : « L'UEFA est déçue de la méthode employée jusqu'ici, à savoir communiquer sur des projets de réforme drastiques et les promouvoir publiquement avant que les autres parties prenantes et elle-même n'aient eu la possibilité de participer à une réunion de consultation », indique l’instance du football européen.

Le projet de la FIFA « comporte de réels dangers » estime l'UEFA

Pour l'UEFA , « ce projet comporte de réels dangers, à savoir la dilution de la valeur de l’événement mondial de football numéro 1, l’érosion des opportunités sportives pour les équipes nationales les plus faibles en remplaçant les matchs réguliers par des tournois finaux, le risque pour la durabilité des joueurs, contraints de s’engager chaque année dans des compétitions estivales de haute intensité au lieu de bénéficier de pauses de récupération plus longues une année sur deux ».

À lire aussi :  Alcool, habillement, liberté des femmes, fan zones : Le Qatar pose ses règles pour la Coupe du Monde

L'UEFA demandé à la FIFA « d'organiser une séance spéciale à ce sujet »

L'UEFA précise qu'il faut réformer le calendrier des compétitions, mais « en prenant en considération les solutions qui seront identifiées au cours des débats et en tenant compte de l'intérêt du jeu et du point de vue légitime des différentes parties ».

Enfin, l'UEFA fait savoir qu'avec ses 55 associations membres, ils ont demandé à la FIFA « d'organiser une séance spéciale à ce sujet afin de pouvoir exprimer leurs préoccupations quant aux répercussions d'un tel projet », mais qu'ils n'ont « pas encore reçu de réponse de la FIFA », précise la communiqué.