Plus de 31 000 d'étudiants algériens sont inscrits cette année dans les différentes universités françaises. C'est ce qu'a révélé, ce dimanche 3 octobre 2021 dans une publication sur sa page Facebook, le président de l'association « Algériens des deux rives et leurs amis » (ADDRA) Jugurtha Aiyed.

« Cette année, plus de 31 000 étudiants algériens inscrits dans les universités françaises, une aubaine pour le développement de la France et une perte pour l’Algérie », a écrit en effet le président de ladite association.

Une quarantaine de ces étudiants ont été reçus d'ailleurs, ce dimanche 3 octobre, par le même président qui a initié une rencontre dédiée aux nouveaux inscrits dans le but de leur expliquer les démarches à suivre dans leur processus d'inscription. « Face à une quarantaine de nouveaux étudiants algériens, je suis fier d'avoir tenu pour cette 9e année consécutive ce 7e atelier "bienvenue en France" », déclare Jugurtha Aiyed.

Ce dernier explique que « l’objectif est de les informer sur le rôle et le fonctionnement des institutions en France » et de « présenter des outils et méthodes pour répondre aux questions sur la vie étudiante à Paris et région parisienne ».

L'ADDRA à l'écoute des nouveaux étudiants en France

Cette rencontre a duré plus d'une heure durant laquelle Jugurtha Aiyed et d'autres membres de son association ont donné les orientations nécessaires à ces nouveaux étudiants algériens. Ces derniers n'ont d'ailleurs pas hésité à poser leurs questions afin de pouvoir maitriser la situation.

Pour rappel, des centaines de nouveaux bacheliers algériens s'envolent chaque année en France pour poursuivre leurs études. Selon une récente étude, la plupart d'entre eux ne reviennent pas en Algérie après avoir obtenu leurs diplômes et préfèrent s'installer définitivement dans ce pays.