Le directeur commercial de L’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV), Karim Bouzenad, s'est exprimé ce mercredi 20 octobre 2021 sur un éventuel renforcement du programme des traversées d'Algérie Ferries à l'avenir. Intervenant sur les ondes de la chaine 1 de la radio nationale, ce responsable n'a pas écarté cette possibilité.

Algérie Ferries a été autorisée à reprendre le service la semaine dernière après plus d'une année d'arrêt de travail à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus. La compagnie de navigation maritime algérienne assurera sa première traversée le jeudi 21 octobre 2021 vers Alicante, en Espagne. Le 1er novembre prochain, elle opérera une liaison vers la ville française de Marseille.

Cette compagnie a ouvert, par ailleurs, ses agences commerciales lundi dernier pour la vente des billets. Ces agences ont été prises d'assaut par des foules nombreuses. Des centaines de personnes l'ont effet envahit dans le but de réserver une place.

Algérie Ferries : Le besoin de plus de traversées se fait déjà sentir

Pour plus d'un, le nombre de traversées autorisées pour Algérie Ferries reste insignifiant par rapport à la forte demande des Algériens qui veulent voyager par voie maritime. Le besoin de renforcer le programme de la compagnie s'est en effet fait sentir dès les premiers jours de la reprise des ventes de billets.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : des clients d'Air Algérie attendent toujours

S'exprimant sur le sujet, ce mercredi 20 octobre 2021 le directeur commercial de L’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV), Karim Bouzenad, n'a pas écarté l'éventualité. Il a ainsi affirmé que la décision sera prise d'ici un mois. Dans un mois, les autorités concernées évalueront la situation et décideront de l’augmentation des traversées ou de leur maintien au rythme actuel, a-t-il déclaré. Par ailleurs, le même directeur a souligné, à l'occasion, que les prix des billets qui seront appliqués par Algérie Ferries restent inchangés par rapport à ceux pratiqués avant la crise sanitaire.