Le match comptant pour la 5e journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 et qui opposera les sélections du Djibouti et de l'Algérie pourrait ne pas avoir lieu en Égypte. Les responsables de ce pays situé sur la Corne de l'Afrique ne sont pas arrivés à s'entendre sur le lieu de la rencontre. Certains préférant Marrakech, au Maroc.

C'est un véritable imbroglio auquel font face les responsables de la Confédération africaine de football (CAF) dans la programmation du match Djibouti-Algérie. Eux qui ont reçu un courrier de la Fédération djiboutienne de football (FDF) leur annonçant leur volonté d'accueillir la sélection algérienne au stade de Marrakech, au Maroc, alors qu'il était prévu au Caire, en Égypte.

C'est ce qui est qualifié de « virage à 180 degrés » par le secrétaire général de la CAF qui dénonce les messages répétitifs des responsables de la Fédération de Djibouti. Exaspérés par l'attitude des responsables du football djiboutien, les dirigeants de la CAF rappellent que l'Égypte a déjà donné son accord pour accueillir le match au stade des Forces aériennes du Caire.

En fait, c'est une mésentente entre la FDF et le gouvernement de Djibouti qui est à l'origine de cet imbroglio. Le gouvernement, conscient de la détérioration des relations algéro-marocaines, a demandé à la Fédération de football de son pays de programmer la rencontre en Égypte, ce qui a été fait avec l'accord de la CAF et des autorités égyptiennes.

À lire aussi :  Privée du soutien financier de l'État, la JS Kabylie crie à l'abandon

Mais voilà qu'à la dernière minute, la FDF transmet un courrier à la CAF pour indiquer le Grand Stade de Marrakech comme lieu de la rencontre. Pire encore, le courrier donne la date du 10 novembre, alors qu'il était programmé pour le lendemain, mercredi 1 novembre. Ce changement de date n'est pas acceptable pour la CAF, qui considère le mardi 10 novembre comme « indisponible » et non-conformes aux dispositions de l'annexe 1 du Règlement.

La CAF s'interroge sur ce revirement brusque de la Fédération du Djibouti. Certains observateurs soupçonnent même le Maroc, notamment la Fédération marocaine de football, d'être derrière ce « coup ». Mais dans tous les cas de figure, cette attitude de la Fédération djiboutienne de football donne un sérieux coup à son sérieux et à sa crédibilité sur le plan continental.