La communauté musulmane de la région du Vaucluse en France ne cache pas sa colère suite à un projet de la maire d’Avignon, qui prévoit l'obligation pour les familles de financer la construction d'une cuve en béton pour inhumer les défunts dans le carré musulman du cimetière de la municipalité.

En France, comme dans la majorité des pays européens, le manque de carrés musulmans constitue un frein au respect des rites funéraires religieux. Cette situation est souvent contraignante pour les musulmans français et pour les nombreux immigrés qui souhaitent être inhumés dans l’Hexagone.

La France compte actuellement, selon le site obseques-infos, près de 80 carrés musulmans. Mais ce chiffre n’est pas suffisant. En effet, le nombre de musulmans qui résident en France est de l'ordre de 5 à 6 millions. La plupart des musulmans (près de 80%) sont rapatriés dans leur pays d’origine à leur décès suite à l’insuffisance de places dans les cimetières, indique la même source.

Un projet de la mairie d’Avignon suscite la colère des musulmans du Vaucluse

Toutefois, pour les musulmans de France souhaitant être inhumés dans l’Hexagone, ils sont souvent confrontés à un véritable parcours du combattant. Au manque de places au niveau des rares carrées musulmans, s’ajoutent les contraintes administratives voire financières. C’est le cas de la communauté du Vaucluse, qui s’est vue récemment rappeler à l’ordre par les autorités locales. En effet, selon France Bleu les musulmans du Vaucluse s'insurgent contre un projet de la mairie d’Avignon qui les oblige à financer la construction des cuves en béton pour inhumer leurs morts dans le carré musulman de la localité.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Le président de l'association amitié et entraide franco-algérienne du Grand Avignon, Benyoussef Hamroun, dénonce cette obligation. « À l’époque la mairie avait financé les cuves, alors qu’actuellement, on impose aux familles de les construire ; on n’a pas le choix, c’est à prendre ou à laisser », s’insurge le président de l’association, en précisant que cette mesure de la mairie d’Avignon « triple le budget versé par les familles pour les funérailles de leurs proches ».

Dans une interview accordée à Sud Radio, Benyoussef Hamroun a affirmé que « construire une cuve bétonnée coûte environ 2500 euros, ce qui fait une inhumation à environ 6500 euros par personne », tout en expliquant que l’inhumation traditionnelle se fait en pleine terre pour les musulmans. « Nous sommes respectueux de toutes les confessions, mais il faut savoir que nous enterrons en terre, mais dans des cercueils hermétiques », ajoute-t-il.

« Le politique aujourd'hui ne veut pas s'afficher avec les musulmans »

De son côté, le président de l'association qui gère la Mosquée du Pontet, Abdelali Laaouissi, estime que ce projet de la mairie d’Avignon n'est pas anodin en cette période de campagne présidentielle. « Le politique aujourd'hui ne veut pas s'afficher avec les musulmans. Il n’a rien à y gagner », affirme-t-il à France Bleu. « Moi, si je mets en place un projet favorable à la communauté musulmane, je risque de perdre plus de voix que d'en gagner », ajoute-t-il.