Le feuilleton des fusillades entre bandes rivales en France, et particulièrement dans la ville de Marseille, prend de l’ampleur ces dernières années. Rien que depuis le début de l’année en cours, au moins 15 personnes sont décédées dans des règlements de compte liés au trafic de produits stupéfiants, selon les chiffres de la préfecture de police, dont douze, durant l’été. Malheureusement, parmi les victimes de ces fusillades on trouve souvent des ressortissants algériens.

Un jeune homme de 30 ans a été abattu dans la soirée du 31 octobre, peu avant 19 h 30, à la rue de Lyon dans la ville de Marseille. Selon les informations du quotidien français La Provence, l'Algérien, atteint de plusieurs balles de 9 mm, a été pris pour cible par un individu qui a fui la scène du crime en scooter. Le trentenaire algérien, en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des marins-pompiers n'a pu être réanimé malgré les efforts de l'équipe médicale, ajoute la même source. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime est un ressortissant étranger et le lieu du crime serait connu pour ses trafics de cigarettes. À ce propos, le quotidien arabophone algérien AkherSaa, a indiqué dans son édition de ce lundi 1er novembre que la victime est un ressortissant algérien.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Said.S, dix-huitième victime, originaire de la wilaya de Khenchela, assassinée par balles en France depuis 2018

Il s’agit de Said.S, un jeune algérien résident à Marseille et originaire de la wilaya de Khenchela à l’est de l’Algérie. Selon la même source, la victime connue également sous le pseudonyme de Bazooka, a été la cible de tirs à l’arme à feu dans la soirée du 31 octobre, par des individus non identifiés, le tuant sur le coup en pleine rue. Selon des proches de la victime, citées par la même source, Saïd S, est la 18e victime originaire de la wilaya de  Khenchela assassinée par balles en France depuis 2018. Durant l’année 2019, huit ressortissants originaires de cette wilaya de l’est de l’Algérie ont été tués par balle en l’espace de huit mois, ajoute la même source.