Depuis l'apparition du nouveau variant de la Covid-19 en Afrique du Sud, de nombreux pays durcissent les règles d’entrée pour tous les voyageurs. Ce nouveau variant baptisé « Omicron », inquiète le monde. Plusieurs pays ont décidé de refermer leurs frontières pour faire face à sa propagation. Qu'en est-il de l’Algérie ?

Il faut dire que l'apparition de ce nouveau variant présage un retour à la case départ. Le nouveau variant se multiplie en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Italie…). Il pousse à des restrictions de voyages tandis que le monde continue d’isoler l’Afrique australe, où les premiers cas sont apparus. Ce nouveau variant a été classé comme « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cependant cette dernière a toutefois déconseillé les restrictions sur les voyages et estime qu’il faudra « plusieurs semaines » pour comprendre la virulence du nouveau variant.

L'Algérie va-t-elle fermer ses frontières ?

L’Algérie qui a toujours suivi les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé ne s'est pas encore prononcée sur la question. Cependant tout porte à croire que la fermeture des frontières n'est pas à l'ordre du jour. En effet, si on se tient aux déclarations des experts dans le domaine, la fermeture des frontières n'est pas préconisée. Il faut dire aussi que pour l'instant le nouveau variant Omicron n'a pas été détecté en Algérie, et le trafic aérien et maritime vers le pays n'est pas d'une grande importance par rapport à d'autres pays qui ont pris la décision de fermer leurs frontières. Le cas de l’Algérie est différent de celui du Maroc, qui a décidé en effet de s'isoler pour une période de 15 jours au moins en suspendant tous les vols commerciaux de et vers le pays.

À lire aussi :  TLScontact annonce sa fermeture pour 10 jours

Pour l’Algérie le principal du trafic aérien et maritime se fait avec la France. Se sont en grande majorité des Algériens qui rentrent au pays après plusieurs mois de suspension de vols. Ainsi, prendre la décision de fermer de nouveau les frontières risque de priver ces Algériens de rejoindre leurs proches. Cette décision est difficile à prendre. Dans l'état actuel des choses, elle n'est même pas envisagée.

Par ailleurs, le Pr Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi du Covid-19, affirme dans une interview accordée à TSA que pour la décision de la fermeture des frontières « on n’en est pas encore là. Les pays qui l’ont fait sont ceux qui avaient beaucoup de liaisons avec l’Afrique du Sud ». Il a expliqué que « c’est surtout l’Afrique du Sud qui est touchée. Après avoir déclaré le premier cas du variant sur son territoire, elle a vu le Monde fermer ses frontières avec elle, ce qui est en train de pénaliser économiquement ce pays. Mais elle a le mérite d’avoir été honnête en lançant l’alarme ».