Les conséquences de la crise sanitaire liée au Covid-19 n’ont épargné aucun secteur, y compris celui du transport et cela à travers le monde. La fermeture des frontières durant presque deux années a impacté lourdement les compagnies aériennes et maritimes. C’est le cas avec les compagnies publiques algériennes, à savoir Air Algérie pour le transport aérien et Algérie Ferries pour les dessertes maritimes.

Contrainte à baisser pavillon durant 18 mois suite à la fermeture des frontières maritimes en mars 2020, la compagnie Algérie Ferries, qui n’a repris les dessertes qu’à la fin d’octobre dernier, à raison de deux rotations par semaines à destination de Marseille et d’Alicante, a subi de pertes colossales, estimées à plusieurs milliards de dinars. Une situation qui risque d’engendrer la faillite pure et simple de cette compagnie, estiment de nombreux observateurs.

Dans son édition du 12 septembre, le quotidien arabophone Echorouk a révélé que les pertes d’Algérie Ferries depuis le début de la crise sanitaire sont estimées à 14 milliards de dinars, soit 1400 milliards de centimes de dinars. Citant des sources au sein de la compagnie, le média annonce qu’Algérie Ferries a perdu cette somme à la suite de l’annulation depuis mars 2020 de 750 voyages qui devaient transporter 500’000 voyageurs et 150’000 voitures à bord des bateaux de la compagnie maritime.

À lire aussi :  Le Portugal modifie sa loi pour faciliter l'immigration de travail

Des chiffres que le nouveau PDG d’Algérie-Ferries a confirmés ce mercredi 8 décembre lors d’un entretien accordé à la Chaîne 2 de la radio algérienne. Abordant la crise sanitaire de Covid-19 et son impact sur la compagnie, le PDG d’Algérie Ferries, Issad Kamel, a révélé en effet que l’Entreprise publique de transport maritime a accusé « une perte de 13 milliards de dinars durant les 18 mois de suspension de son activité », en raison de la fermeture des frontières.

Toutefois, le PDG d’Algérie Ferries a indiqué que durant la période de la suspension des dessertes maritimes pour les voyageurs, sa compagnie a poursuivi l’activité en « assurant des prestations de fret maritime ». Une activité qui a « permis notamment de verser les salaires de tous les employés de la compagnie », assure le PDG d’Algérie Ferries.