Il ne reste plus que quelques jours avant le début de la Coupe d'Afrique des nations 2021, prévue au Cameroun à partir du 5 janvier prochain. Alors que la CAF semble avoir tranché quant à la tenue de la compétition, le sélectionneur du Maroc Vahid Halilhodžić a évoqué un autre problème qui pourrait constituer un préjudice pour ce tournoi tant attendu. Il s'agit de la présence des joueurs évoluant en Europe.

C'est un problème vieux de plusieurs années. À chaque CAN, les équipes européennes font des mains et des pieds pour retenir leurs joueurs africains. La durée de leur absence, qui intervient au milieu de la saison, est longue et peut durer plus d'un mois. Ce n'est donc pas par gaieté de cœur que ces clubs se séparent de ces joueurs durant la compétition africaine.

Cette année, la situation se complique davantage avec la pandémie de Covid-19 et l'apparition du nouveau variant Omicron. En plus de la durée de la compétition, les joueurs participant à la prochaine CAN seront dans l'obligation d'observer un confinement sanitaire avant de reprendre avec leurs clubs respectifs. Leur absence sera donc prolongée de quelques jours supplémentaires.

Afin de s'épargner cette absence, certains clubs européens font du forcing pour empêcher leurs joueur de rejoindre leurs sélections nationales. Ces clubs seraient allés jusqu'à menacer les joueurs : qui se retrouvent entre le marteau et l'enclume.

À lire aussi :  Football : Débuts timides pour les Algériens dans les championnats européens

CAN 2021 : Halilhodžić dénonce les menaces des clubs européens et menace ses joueurs

La révélation a été faite par le sélectionneur de l'équipe du Maroc Vahid Halilhodžić. « Les joueurs sont obligés de venir en équipe nationale, mais tous les clubs font tout pour que les joueurs ne viennent pas, certains ont menacé des joueurs, leur ont dit qu'ils pouvaient perdre leur place, être transférés… », a-t-il en effet indiqué dans un entretien accordé à l'AFP. « Vraisemblablement, ce sera un gros problème d'avoir tous les joueurs qui jouent en Europe », a t-il encore dit.

Et d'affirmer : « De mon côté, si le joueur ne vient pas, cela veut dire que son attachement à l'équipe nationale n'est pas assez présent […], je peux refuser de prendre dans le groupe quelqu'un qui refuse de venir, même si la menace existe de la part des clubs. Il peut dire au revoir à l'équipe nationale ».