Le marché noir des devises en Algérie répond à un phénomène chaotique qui rend les prévisions de son évolution difficiles. Cette situation est une aubaine pour les spéculateurs et les pseudos-experts qui donnent des chiffres invraisemblables du taux de change. Des médias à la recherche du buzz profitent de cette « anarchie » pour annoncer des chiffres records et des flambées inédites qui n'ont pas lieu sur les marchés de change parallèle.

C'est le cas du site Algérie 360, dans son article du 18 décembre 2021. Ce site algérien d'information a annoncé que « le taux de change de l'euro et du dollar au niveau du marché parallèle des devises a connu des hausses jamais enregistrées depuis le début de l'épidémie de coronavirus ».

Fact check : les faux records de l'euro annoncés par Algérie 360

Le média ajoute que « le taux de change de l'euro et du dollar au niveau de marché parallèle des devises a connu des hausses jamais enregistrées depuis le début de l'épidémie du coronavirus », tout en affirmant que « le cours de le monnaie étasunienne (USD, NDLR) a atteint sur au niveau du Square Port-Saïd 194 dinars à l'achat et 192 dinars à le vente. Pour l'euro, l'unité de cette monnaie a atteint 251 dinars à le vente et 249 dinars à l'achat ».

Algérie 360, qui donne ces chiffres erronés, affirme dans un autre article publié le même jour [archive] que « sur le marché noir, un seul euro s'échange contre 214 dinars algériens à l'achat et 216 dinars algériens à la vente. L'unité de le monnaie étasunienne est par ailleurs cédé contre pas moins de 193 dinars algériens à le vente et 190 dinars algériens à l'achat ».

Ces valeurs, qui sont plus proches de la réalité, contredisent celles publiées dans le premier article titré « Dinar : flambée inédite de l’euro et de dollar au marché parallèle » [archive].

Il faut souligner que malgré la volatilité du marché noir des devises, ce dernier ne connait pas de hausse aussi importante en une seule journée. Le marché noir évolue par des hausse et chute relativement faibles, qui se propagent lentement sur le territoire national et peuvent varier d'une région à l'autre. Ces records annoncés prennent plusieurs semaines, voire des mois pour se réaliser.