L’Algérie est au centre de la campagne électorale pour la présidentielle d'avril 2022 en France. Les candidats, notamment ceux de l’extrême droite, n’arrêtent pas de stigmatiser les Algériens résidents en France et également de vanter « les bienfaits de la colonisation ». C'est le cas surtout d'Éric Zemmour, qui est également accusé de révisionnisme quand il s'agit de la période du règne de Vichy, qui a collaboré avec les nazis lors de l'invasion de la France par les troupes allemandes. En effet, le polémiste candidat a affirmé à plusieurs reprises que Vichy a protégé les juifs en France et dans les colonies françaises l'inquisition allemande. Des faits que les historiens réfutent catégoriquement.

C'est dans ce contexte ou le débat fait rage en France sur la période de Vichy et également sur la colonisation française, que la chaîne franco-allemande ARTE a diffusé un documentaire intitulé « L’Algérie sous Vichy ». Ce travail sur l’histoire, diffusé dans la soirée du 18 janvier, remet en cause les thèses révisionnistes de l’extrême droite française en décortiquant un pan de l'histoire de la colonisation française. Le documentaire riche en archives filmées inédites, et en témoignages, a été inspiré du livre de Jacques Attali, L’Année des dupes. Alger 1943 (Fayard, 2019). Il  dévoile un épisode complexe de l’histoire de France. Le travail arrive dans une période ou les certitudes historiques sont remises en cause par l’extrême droite menée par Éric Zemmour. Il est une réponse aux révisionnistes français qui continuent à faire l'apologie de la politique de Vichy et du colonialisme français.

À lire aussi :  La France a-t-elle l'obligation d'héberger les sans-papiers sans abri ?

Discriminations et persécutions du régime de Vichy en Algérie

ARTE met en avant les discriminations et les persécutions du régime de Vichy, à la fois farouchement antisémite et partisan d’un empire colonial autoritaire. La chaîne franco-allemande retrace les persécutions vécues par les juifs et les musulmans d’Algérie entre l’été 1940 et l’été 1943. Le documentaire rappelle qu'en abrogeant, dès octobre 1940, le décret Crémieux, qui avait accordé aux juifs d’Algérie la citoyenneté française en 1870, les autorités tentent à la fois d’humilier les 130 000 juifs présents en Algérie, mais aussi de faire comprendre aux 7 millions de musulmans (90 % de la population) qu’ils ne devaient plus espérer obtenir cette citoyenneté française.

Ainsi, selon le témoignage de Benjamin Stora « Toute l’extrême droite française et de nombreux Européens d’Algérie militaient depuis toujours pour l’abrogation du décret ». L'historien a rappelé l’histoire de son grand-père, juif d’Algérie, dont tous les biens ont été spoliés. Il indique qu'en perdant la nationalité, les juifs d’Algérie ont perdu le droit d’exercer dans la fonction publique, l’armée, la presse, le cinéma, ainsi que leurs biens, et leurs enfants sont privés de scolarité.

Capture du documentaire d'ARTE

Capture du documentaire d'ARTE : « L’Algérie sous Vichy »

En Algérie, le régime de Vichy a divisé pour régner

Le documentaire met en exergue la stratégie du régime de Vichy qui a tablé sur la division entre les  juifs et musulmans. Cependant « en ôtant leurs droits aux juifs, vous n’accordez aux musulmans aucun droit nouveau. L’égalité que vous venez de réaliser entre juifs et musulmans est une égalité par le bas », comme l'avait souligné Messali el Hadj en 1941, alors à la tête d'un parti indépendantiste algérien.

À lire aussi :  Qualité de vie numérique : Quelle position pour l'Algérie au classement 2022 ?

Ce riche documentaire souligne également que cette politique a continué même après la chute du régime de Vichy. En effet, l’idéologie pétainiste continuant à régner, le général Henri Giraud, rival de De Gaulle soutenu par les États-Unis, n’avait aucunement l’intention de redonner leur citoyenneté aux juifs. Le décret Crémieux sera rétabli en catimini en 1943. Cependant les droits des autres Algériens ont continué à être bafoués. Le 8 mai 1945, l'Algérie a connu un crime contre l'humanité. L'armée française a massacré sans vergogne des dizaines d’Algériens sortis manifester pacifiquement. Le massacre de 1945 a fait comprendre aux activistes algériens que seule une lutte armée pouvait amener la France à quitter l’Algérie. Cette lutte a été déclenchée le 1er novembre 1954, sept ans après l’Algérie est devenue indépendante.