La Confédération africaine de football (CAF) a répondu au recours de la Fédération algérienne de football (FAF) concernant l'arbitre botswanais, Joshua Bondo, désigné par l'Instance africaine pour diriger l'un des deux matchs barrages devant opposer les sélections d'Algérie et du Cameroun, en vue de la qualification au mondial 2022. La FAF veut récuser le referee en question et, visiblement, ce n'est pas l'avis de la CAF.

En effet, dans la réponse envoyée depuis Le Caire, l'Instance en charge du football africain fait savoir qu'elle ne peut pas répondre favorablement à la requête de la fédération algérienne. Elle commence par relativiser d'éventuelles erreurs d'appréciation de la part de l'arbitre en question, pour affirmer que la CAF fait confiance à l'arbitre Joshua Bondo, ciblé par la FAF.

La CAF défend son arbitre

"La mauvaise performance d'un officiel de match, notamment d'un arbitre est une réalité qui peut se produire. Elle pèsera sur la notation de performance du match en question. Si cette mauvaise performance est volontaire, elle permet de douter de l'intégrité de l'arbitre en question. Or, dans le cas présent, la performance de l'arbitre en objet à la dernière Coupe d'Afrique des Nations était à hauteur des exigences de la CAF. A ce titre, la Commission des arbitres de la CAF lui fait entièrement confiance pour pouvoir mener à bien cette mission car son expérience d'arbitre de haut niveau dans des matchs de ce genre, n'est plus à démontrer. Pendant les quinze années qu'il a fait sur la liste FIFA, il n'a jamais fait l'objet d'une suspension. Monsieur Bondo fait d'ailleurs partie de la liste des arbitres professionnels et du Panel de l'Elite A de la CAF", a indiqué l'Instance présidée par Patrice Motsepe.

La FAF n'a fourni ni précision, ni preuve des menaces de Bondo contre Belmadi

Selon la demande de la FAF portant récusation de Joshua Bondo du match aller qui opposera, le 25 mars, le Cameroun à l'Algérie au stade Japoma, de Douala, le referee en question a menacé le sélectionneur Djamel Belmadi lors du match de coupe d'Afrique contre la Guinée équatoriale. Dans sa réponse, la CAF reproche à la FAF de ne pas avoir donné de précision ni de preuve.

Pour rappel, la Fédération algérienne de football a déposé, mercredi 9 mars, un recours auprès de la CAF en vue de récuser l'arbitre botswanais du match Cameroun-Algérie. L'Instance dirigée par Charaf Eddine Amara reproche au referee son arbitrage du match Burkina Faso-Algérie qui a eu lieu en septembre 2021 à Marrakech, au Maroc. Particulièrement, son refus de siffler un penalty flagrant en faveur de l'Algérie et un carton rouge contre un joueur burkinabè qui a taclé dangereusement le Fennec Ramy Bensebaïni.