Il y a de l'inquiétude en France sur la dangerosité du sable arrivé ces derniers jours du Sahara algérien. Le sable qui s'est abattu sur l'Hexagone à la faveur des rafales de vent enregistrées récemment n'a pas manqué de susciter les interrogations des Français. Des interrogations qui s'avéreront légitimes, selon des articles de presse.

En effet, l'inquiétude est justifiée en France suite à l'arrivée du sable du Sahara algérien. Les médias français ont reçu beaucoup de questions, notamment sur l'impact des poussières du sable sur la santé. L'un des journaux régionaux français, en l'occurrence La Voix du Nord, a répondu à ces questions dans un article publié le 17 mars 2022.

Le média du nord de la France cite une étude parue dans la revue Epidemiology pour répondre à la question par l'affirmative. « Plusieurs particules néfastes pour la santé se trouvent dans ce sable transporté depuis le Sahara : nitrate, sulfate, cadmium, phosphore, ammonium, fer, aluminium, carbone ou encore sodium », est-il donné en guise de réponse.

Sable du Sahara : Risque d'asthme, de conjonctivite ou de mortalité cardiovasculaire ?

Pire encore, le média cite une autre étude parue dans une autre revue anglophone, à savoir Environmental Geochemistry and Health. Mais cette fois pour affirmer que les brumes de sable sont associées à une augmentation des cas d'asthme et à des problèmes oculaires comme des conjonctivites. Il cite également l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui confirme que « des études épidémiologiques ont mis en évidence un risque accru de mortalité cardiovasculaire due à des problèmes respiratoires, ainsi que d'asthme chez l'enfant ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

D'autre part, l'Institut de veille sanitaire des régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse a étudié la problématique des vents de sable arrivant du désert algérien. Il a conclu que les effets de ces vents dépendent de la taille des particules. « Les grosses particules PM10 sont plus susceptibles d’être déposées dans les bronches et ainsi affectent les capacités respiratoires (asthme, maladie pulmonaire obstructive chronique, pneumonie et autres infections respiratoires). En revanche, les particules fines (PM 2,5) sont plus susceptibles d’atteindre les alvéoles, provoquent une inflammation systémique et conduisent à des effets cardiovasculaires », estime l'étude de cet organisme.

Comment se protéger contre les particules de sable du Sahara algérien ?

Que faire pour se protéger contre les particules de sable ? La même source tente des réponses. Les experts recommandent de pratiquer le moins possible d'activités physiques en extérieur lorsque ces particules sont dans l'air. D'autres experts, comme le biologiste médical Claude-Alexandre Gustave, recommandent le port du masque pour se protéger contre les effets néfastes du sable du Sahara algérien.