Le nouveau programme de vols de et vers l'Algérie a enfin été rendu public, lundi 28 mars, après de longs mois d'attente et trois semaines de tergiversations. Les Algériens de l'étranger, notamment ceux plus nombreux de France, peuvent souffler un peu en attendant une nouvelle hausse, étant donné que le nombre de vols internationaux reste encore bas.

Que faut-il retenir de ce nouveau programme qui s'ajoute à la centaine de vols déjà disponibles de et vers l'Algérie ? Il faut peut-être rappeler que le nouveau programme compte 64 vols hebdomadaires accordés à la compagnie aérienne nationale Air Algérie. Il faut y ajouter 64 autres vols aux compagnies étrangères desservant l'Algérie, dans le cadre de la politique de réciprocité. En tout, l'Algérie sera desservie par environ 250 vols par semaine, dont 150 de et vers les aéroports français.

Algérie : 128 nouveaux vols au lieu des 216 initialement ajoutés

Ce qu'il faut retenir c'est que 128 vols supplémentaires par semaine sont loin de satisfaire la demande, particulièrement entre la France et l'Algérie. Le communiqué du ministère des Transports a affirmé que ces 64 vols étaient seulement une première phase du programme estival. Les Algériens de France osent espérer que d'ici quelques petites semaines, le gouvernement concèdera de nouvelles hausses des vols, en vue d'affronter sereinement la saison estivale.

C'est que les membres de la diaspora sont nombreux à choisir l'été pour passer des vacances en Algérie, et de nouvelles hausses du nombre de vols leur permettront de trouver plus facilement des billets et, pourquoi pas, à des prix abordables. Il faut dire que le programme rendu public le 9 mars avant qu'il ne soit annulé, après le limogeage de l'ex-ministre des Transports, Aïssa Bekkaï, était plus ambitieux avec ses 108 vols supplémentaires accordés à Air Algérie. Il aurait fait 2016 nouveaux vols, en incluant le quota des compagnies étrangères.

Les lignes entre Paris et les villes d'Algérie, hors Alger, ignorées

De ce nouveau programme, il faut retenir aussi que la ligne Paris-Alger a été renforcée par 19 nouveaux vols. Mais pas seulement. À partir de la capitale française, il n'y a aucun vol supplémentaire vers d'autres villes, hormis Alger. Les dessertes vers Constantine et Oran n'ont pas été renforcées, idem pour celles vers d'autres villes algériennes.

Contrairement au programme du 9 mars qui incluait 3 vols hebdomadaires vers Bejaïa, 2 vols vers Annaba et 2 vols vers Tlemcen, ce nouveau programme concerne uniquement les aéroports ouverts depuis la réouverture des frontières opérée le 1er juin 2021, en l'occurrence Constantine et Oran, en plus d'Alger. Les Algériens originaires des autres villes d'Algérie vont devoir attendre la seconde phase du programme estival que le gouvernement annoncera prochainement.

Les vols vers l'Espagne ne sont pas renforcés

Comment ne pas remarquer dans le nouveau programme que les vols vers l'Espagne n'ont pas été renforcés, alors que la communauté algérienne dans ce pays est de plus en plus importante. Pourtant, dans le programme du 9 mars, figurait 16 nouveaux vols de et vers trois villes espagnoles.

Il est difficile de ne pas lier cette suppression de vols aux tensions politiques entre l'Algérie et l'Espagne. Le gouvernement de Pedro Sanchez a tout simplement aligné la position de l'Espagne sur celle du Maroc, accordant au Sahara occidental une autonomie dans le cadre d'une souveraineté marocaine. En violation des résolutions de l'Organisation des Nations unies (ONU).

La ligne entre l'Algérie et le Canada n'a pas été renforcée

Il y a un autre point à signaler concernant le nouveau programme de vols internationaux vers l'Algérie. C'est l'absence de nouveaux vols de et vers le Canada, et ce, malgré la forte présence de la communauté algérienne dans ce pays. L'explication est en fait simple. Même si les Algériens sont nombreux au pays de l'érable, la circulation aérienne entre les deux pays n'est pas assez dense.

D'ailleurs, le programme en cours compte 10 vols par semaine entre les deux pays, 5 pour Air Algérie et 5 autres pour Air Canada. Quand l'Algérie a augmenté les vols de 3 à 5 par semaine, Air Algérie a décidé de ne pas opérer les deux vols supplémentaires avant la saison estivale. Et ce, pour une raison très simple ; il n'y a pas assez de passagers à transporter. Pire encore, Air Canada a décidé de ne pas du tout opérer ses 5 vols hebdomadaires. La compagnie canadienne compte les lancer en juin, en prévision de la saison estivale.

Au nord de la France, seul l'aéroport de Lille est desservi par Air Algérie

En fait, entre la France et l'Algérie, le nouveau programme de vols donne la belle part à la ligne depuis Paris, au détriment des autres aéroports français. Il faut dire que la répartition géographique n'est pas très équitable. Les villes du sud de la France sont plutôt privilégiées. Au nord de l'Hexagone, seul l'aéroport de Lille-Lesquin est desservi depuis l'Algérie.

C'est que la forte concentration des Algériens dans cette ville du Nord et les villes voisines, à l'image de Roubaix, ne peut passer inaperçue. D'ailleurs, pas moins de 4 vols par semaine ont été ajoutés dans le programme de vols. Sinon, les lignes renforcées sont plutôt celles des villes du Sud, avec notamment Marseille, Nice (Sud-est) et Toulouse (Sud-ouest). Aussi, le programme a été élaboré au détriment de 4 villes françaises où opérait Air Algérie avant la pandémie, en l'occurrence Bordeaux, Montpellier, Mulhouse et Metz où les vols n'ont pas été renforcés par le programme annoncé lundi 28 mars.

Les aéroports de Pékin et Nouakchott écartés du programme de vols vers l'Algérie

Une dernière chose à retenir ? Les vols de et vers la Chine et la Mauritanie ne sont pas encore autorisées par les autorités algériennes. Le ministère des Transports n'a pas encore donné des explications sur cette « omission », d'autant plus que le programme du 9 mars comptait deux vols par semaine vers Pékin et un vol vers Nouakchott.

Il est vrai que la communication n'est pas le fort du gouvernement algérien, mais il conduit les gens aux spéculations, parfois plausibles et honnêtes, parfois hasardeuses et malveillantes. C'est ainsi que l'on peut expliquer l'exclusion de la Chine par la réapparition ces derniers jours du coronavirus qui évolue de façon plus ou moins inquiétante. Mais pour la Mauritanie, rien ne peut justifier son exclusion, sauf l'inutilité d'une telle desserte, vu que les Algériens ne sont pas vraiment présents dans ce pays frontalier et ceux qui y vont préfèrent y aller par route.