Le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune a gracié, le 3 avril, 1076 détenus, et ce à l'occasion du mois de Ramadan. C’est ce qu’a annoncé un communiqué de la Présidence de la République.

Entamée le 30 mars dernier, la vague de libération de détenus se poursuit en Algérie. En effet, après l’annonce jeudi de la libération d’une cinquantaine de détenus d’opinion à travers plusieurs prisons du pays, le Chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a signé, ce dimanche 3 avril 2022, un décret présidentiel portant grâce en faveur de 1076 détenus condamnés définitivement.

« À l'occasion de l'avènement du mois sacré de Ramadan et conformément à la Constitution, notamment l'article 91, alinéas 7 et 8, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé dimanche 2 ramadan 1443 de l'hégire, correspondant au 3 avril 2022, un décret présidentiel portant grâce en faveur de 1076 détenus condamnés définitivement », lit-on dans le communiqué de la Présidence.

70 accusés dans des affaires de « trouble à l'ordre public », également graciés

« Monsieur le Président avait ordonné des mesures de clémence en faveur de 70 accusés dans des affaires de trouble à l'ordre public », selon la même source. À propos de ces 70 accusés, tout porte à croire qu’il s’agit de détenus d’opinion qui vont ainsi s’ajouter à ceux libérés jeudi dernier. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) 15 prisonniers d’opinion ont été libérés à Alger, 2 à Ouargla, 3 à Jijel, 3 à Tizi Ouzou, 8 à Tlemcen, 4 à Blida, 2 à Bordj Bou-Arreridj, 2 à Batna, 4 à Sétif, 3 à Constantine 5 à Chlef, 1 à Boumerdès et 1 autre à Aïn Témouchent.

Le 18 juillet 2021, le Chef de l’État Abdelmadjid Tebboune avait également signé deux décrets présidentiels portant mesures de grâce au profit de 11 896 individus condamnés définitivement, et de détenus admis aux examens d’enseignement et de formation professionnelle.