L'opération de commercialisation des billets d'avion dans le cadre des voyages pour la Omra 2022 a été caractérisée par une cacophonie en Algérie. La compagnie Air Algérie a été montrée du doigt et désignée par certains comme étant le principale responsables de cette situation.

Après 2 années de suspension à cause de la pandémie de covid-19, la Omra a repris cette année à la suite de l'amélioration des conditions sanitaires. L'organisation des voyages ne s'est cependant pas déroulée de la plus belle des manières en Algérie. Une anarchie a été relevée et des dizaines de personnes ont été arnaquées.

La compagnie nationale Air Algérie, qui est chargée de porter les pèlerins à destination, a été accusée d'être derrière cette situation. D'ailleurs des images partagées le vendredi 22 avril sur les réseaux sociaux montraient une foule devant le siège de la compagnie à Alger qui crie sa colère.

Air Algérie se dédouane quant à l'anarchie autour de la Omra 2022

Les manifestants étaient en fait constitués de citoyens qui ont payé leurs places, mais n'ont pas pu embarqué. Il est clair que ces derniers ont été victimes d'une arnaque à un niveau ou à un autre. Pour les protestataires, Air Algérie, la compagnie qui se charge d'acheminer les pèlerins vers l'Arabie saoudite est le responsable de la situation. Chose que rejette la compagnie aérienne algérienne.

À lire aussi :  Air Algérie : Le retour à l'aéroport de Londres Heathrow ne sera pas de sitôt

En effet, Amine Andaloussi, chargé de communication d'Air Algérie, s'est exprimé sur ce sujet aujourd'hui 23 avril et affirme que la compagnie nationale travaille avec les agences agréées par l'Office national du Hajj et de la Omra. Dans des déclarations au journal arabophone Echorouk, ce responsable renvoie la balle au camp des agences qui n'ont pas été accréditées par le même organisme et qui ont commercialisé des billets d'avion vers l'Arabie saoudite.

Il a ainsi affirmé que certaines agences de voyages ont tenté de discréditer la compagnie aérienne nationale en l'accusant à tord, selon lui, d'être derrière cette anarchie et surtout de l'escroquerie dont été victime ces citoyens qui ont acquit leurs billets auprès des agences non accréditées. Pour lui, en somme, la compagnie aérienne n'est en rien responsable et ces agences doivent assumer leurs responsabilités.