Depuis le début de la pandémie de Covid, plusieurs saisons de hadj et de la omra ont été annulées. Ces annulations ont causé des pertes énormes aux agences de voyage en Algérie. Ces agences, qui traversent une situation financière difficile, ont également avancé de l'argent à des opérateurs touristiques saoudiens. Elles réclament le recouvrement de plus de 500 milliards de centimes de dinars payé comme avance aux Saoudiens.

Ainsi, en plus de l'impact de l'annulation des saisons du hadj et de la omra, deux années de suite, les agences de voyage algériennes n'arrivent pas à récupérer l'argent avancé aux agences saoudiennes. Ces agences ont appelé les autorités à intervenir afin de récupérer ce pactole avancé aux Saoudiens, notamment en raison du risque de l'annulation de la omra pour la 3e année consécutive.

Les pèlerinages annulés, les agences algériennes se retrouvent au dépourvu

En effet, elles sont plus de 450 agences agréées pour l'organisation du pèlerinage et de la omra (visite des lieux saints de l'islam) pour les deux saisons précédentes, qui réclament la récupération de leur argent après avoir signé des contrats avec des agences saoudiennes pour l’hébergement, le transport ainsi que la restauration des pèlerins algériens. Des opérations annulées en raison de la crise sanitaire. Ces annulations ont eu un impact négatif sur les agences algériennes, notamment en raison des sommes colossales qu'elles ont avancées aux agences saoudiennes.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Selon ces agences algériennes citées par le journal Echorouk, elles sont plus de 30 grandes agences à avoir avancé plus de 40 milliards (pour une seule agence) aux opérateurs saoudiens. De l'argent qui met les agences algériennes dans une situation qui frôle la faillite. C'est pour ces raisons que ces dernières interpellent les pouvoirs publics pour une intervention urgente auprès des Saoudiens afin de récupérer ces montants, du moment que les contrats ont été résiliés. Ces agences comptent organiser un rassemblement devant le ministère des Affaires religieuses afin de réclamer l'intervention de ce dernier pour trouver une solution à cette situation.