À six mois du coup d'envoi de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, l'organisation non gouvernementale Amnesty International s'est à nouveau manifestée pour plaider la cause des milliers de travailleurs migrants ayant participé à la réalisation des infrastructures de cet événement sportif. Dans un communiqué publié le jeudi 19 mai 2022, Amnesty a saisi la FIFA pour lui réclamer l'indemnisation des « travailleurs migrants maltraités » au Qatar pendant les préparatifs de la compétition mondiale.

En décembre 2010, le Qatar s'est vu attribuer par la FIFA l'organisation de la Coupe du Monde 2022. Un événement d'une telle envergure qu'il a poussé le Qatar à faire appel à des centaines de milliers de travailleurs étrangers pour la construction de nouveaux stades, de nouvelles routes, d'hôtels et d'autres infrastructures pour accueillir les fans de football du monde entier.

Depuis le début des préparatifs de cette compétition, le Qatar est régulièrement vilipendé par les ONG internationales de défense des droits de l'Homme pour le traitement réservé aux centaines de milliers de travailleurs sur les grands chantiers dédiés à cet événement. C'est le cas de l'ONG Amnesty International, qui a demandé – en août 2021 – les autorités du Qatar d'enquêter sur « la série de morts inexpliquées parmi les travailleurs migrants » sur les chantiers du Mondial 2022 dans le pays.

Dans un autre communiqué, publié en novembre 2021, Amnesty International est revenue à la charge en demandant à la FIFA de prendre des mesures urgentes « pour que les droits travailleurs qui rendent la tenue de la Coupe du Monde possible soient respectés ». L'ONG de lutte pour les droits de l'Homme a publiquement appelé le Qatar à « mettre en œuvre de toute urgence les réformes que le pays a lui-même annoncées afin d'améliorer la situation de ces milliers de personnes ».

Amnesty International réclame à la FIFA plus de 400 millions de dollars pour indemniser les travailleurs migrants « maltraités » au Qatar

Décidée à défendre jusqu'au bout les droits des travailleurs migrants ayant participé à la réalisation des chantiers de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, Amnesty s'est à nouveau manifestée le jeudi 19 mai 2022. Dans un communiqué publié sur son site, l'ONG à demandé à la FIFA d'indemniser les travailleurs migrants « maltraités » au Qatar, à hauteur de plus de 400 millions de dollars.

« La FIFA devrait consacrer au moins 440 millions de dollars (environ 418 millions d'euros) à la réparation des dommages subis par les centaines de milliers de travailleurs migrants victimes de violations des droits humains au Qatar pendant les préparatifs de la Coupe du monde 2022 », indique Amnesty International dans son communiqué.

Amnesty International estime que cette somme de 440 millions de dollars correspond à « la récompense des équipes pour leur participation à la Coupe du Monde» au Qatar. Pour AI, cette somme est le « minimum nécessaire pour indemniser les travailleurs et les protéger de futurs abus », et « cela est facilement réalisable » étant donné que la FIFA « réalisera un bénéfice de plus de 6 milliards de dollars grâce au tournoi et dispose de plus de 1,6 milliard de dollars de réserves », explique Amnesty International.