Décidément, le film britannique « The Lady of Heaven » (La Dame du Paradis) sur la vie de la fille du prophète Mohamed ne passe pas dans les pays musulmans. Contesté dans plusieurs pays, il subit la censure au Maroc, moins de dix jours après sa sortie en Grande-Bretagne, car considéré comme blasphématoire et mensonger à l'égard de certaines figures de l'islam.

En fait, c'est un film réalisé par Eli King sur la base d'un scénario écrit par Yasser Al-Habib, un prédicateur koweïtien considéré comme un chiite extrémiste. Avant d'émigrer à Londres, ce religieux avait été condamné pour avoir maudit la femme du prophète, Aïcha, qu'il a qualifiée d'ennemie de Dieu, mais aussi les deux premiers califs de l'islam, en l'occurrence Abou Bakr et Omar.

The Lady of Heaven raconte l'histoire de Fatima Zahra, la fille du prophète Mohamed

Si en Algérie, la question ne se pose pas puisqu'il n'y a pas de réseaux de salles de cinéma, au Maroc la problématique a été tranchée par le Centre cinématographique marocain (CCM), qui a décidé d'interdire la diffusion du film sur le territoire marocain. Et ce, pour dénoncer son contenu blasphématoire décrété par le Conseil des oulémas, qui a aussi rendu public un communiqué explicatif et dénonciateur.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Le long métrage en question raconte l'histoire de Fatima Zahra, la fille du prophète Mohamed. Elle est aussi l'épouse de Ali, le cousin du prophète et le quatrième des califs, considéré comme le premier imam chiite. Les griefs retenus contre lui par le Conseil des oulémas sont nombreux, notamment l'incarnation du prophète Mohamed, des calomnies contre le premier calif Abou Bakr et l'utilisation de Fatima Zahra à des fins aux antipodes de l’esprit de la religion et de la réalité de l’histoire.

Le Conseil des oulémas marocain condamne fermement le contenu du film

« Ceux qui sont derrière ce film cherchent la célébrité et le sensationnel, la promotion de leur production, et la réalisation du plus grand nombre de spectateurs, en portant atteinte aux sentiments des musulmans et en attisant les sensibilités religieuses », précise par ailleurs le Conseil des oulémas, qui dit condamner fermement le contenu du film, tout en exprimant son « rejet catégorique de la falsification flagrante de faits établis de l’histoire de l’Islam ».

À noter, enfin, que la chaîne de salles de cinéma Cineworld a décidé de déprogrammer le film, quelques jours après sa sortie au Royaume-Uni. Et ce, suite à des manifestations des musulmans à Birmingham, Bolton, Bradford et Sheffield. « En raison d’incidents récents liés aux projections de Lady of Heaven, nous avons pris la décision d’annuler les projections à venir du film dans tout le pays pour assurer la sécurité de notre personnel et de nos clients », a en effet déclaré Cineworld dans un communiqué.