La Tunisie pourrait ne pas disputer la prochaine Coupe du Monde de la FIFA, à laquelle elle est pourtant qualifiée. Les Aigles de Carthage risquent tout simplement l'exclusion de la compétition à cause d'un conflit interne.

La Tunisie s'est qualifiée haut la main à la phase finale du Mondial 2022, prévu au Qatar en novembre et décembre. Les Tunisiens ont éliminé le Mali au dernier tour qualificatif, mars dernier, au grand bonheur de leurs nombreux supporteurs qui ont d'ailleurs fêté comme il se doit cette qualification.

Depuis, ces derniers attendent impatiemment ce rendez-vous planétaire. Leur équipe se prépare en conséquence afin de faire bonne figure. Cependant, la joie du public tunisien et de leur sélection risque de tourner au cauchemar. La cause ? Les Aigles de Carthage pourront se voir éjecter par la FIFA à cause d'un conflit pourtant interne qui oppose le ministère tunisien des Sports et la fédération locale de football.

Le problème entre les deux instances tunisiennes de la balle ronde a été provoqué par une affaire de matchs truqués. L'ES Zarzis, club de la division 1, a accusé deux autres clubs d'avoir arrangé leur rencontre en championnat pour faire en sorte de le reléguer en division inférieure. La Fédération tunisienne a alors sanctionné quelques joueurs des deux équipes mises en cause pour « non-respect de la charte sportive ».

À lire aussi :  Liverpool prêt à tout pour s'offrir Ismaël Bennacer

Le département ministériel n'a pas tardé à réagir, en indiquant que la Fédération a pris une décision « hâtive ». Il n'écarte pas d'ailleurs la dissolution de la fédération pour « manquement grave ». Chose qui ne serait pas du goût de la FIFA, car pour elle, il s'agit d'une ingérence de la politique dans le domaine sportif.

Ingérence de la politique dans le domaine sportif

Un fait qui est sévèrement puni par la haute instance du football mondial et les exemples ne maquent pas. Le Kenya et le Zimbabwe ont été empêchés de participer aux éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations pour des conflits du même genre.

« Nous avons dû suspendre deux de nos membres : le Kenya et le Zimbabwe, tous deux pour ingérence du gouvernement dans les activités des associations de football. Les associations sont suspendues avec effet immédiat », avait expliqué alors le président de la FIFA, Gianni Infantino.

La Tunisie risque ainsi de connaître une sanction similaire. La première équipe à en payer les conséquences est bien entendu la sélection nationale, qui pourrait être exclue de la Coupe du Monde 2022. Les clubs tunisiens seront également interdits de prendre part aux prochaines compétitions continentales. On en est pas encore là et le problème a de fortes chances d'être réglé en interne. Pour le moment, la FIFA ne s'est pas encore saisie officiellement de l'affaire.