La crise diplomatique entre l'Algérie et l'Espagne, suite au changement de position du gouvernement espagnol en ce qui concerne le dossier du Sahara occidental, a eu des répercussions sur le plan économique. En effet, le Délégué général de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Rachid Belaïd, a demandé aux directeurs généraux des établissements bancaires et financiers de geler les domiciliations bancaires des opérations commerciales en lien avec l'Espagne. Le gel demandé aux patrons des banques devait débuter le 9 juin. 

Cette décision a fait couler beaucoup d'encre, à commencer par l'Union européenne qui a menacé l'Algérie de « s'opposer à tout type de mesures coercitives appliquées à un État membre de l’Union européenne ». De son côté la représentante diplomatique de l'Algérie auprès de l'Union européenne a réagi à ces menaces. « La commission de l’Algérie auprès de l’Union européenne déplore la précipitation avec laquelle la Commission européenne a réagi sans consultation préalable ni vérification aucune auprès du gouvernement algérien, à la suspension par l’Algérie d’un Traité politique bilatéral avec un partenaire européen, en l’occurrence l’Espagne, sans s’assurer que cette mesure n’affecte ni directement ni indirectement ses engagements contenus dans l’Accord d’association Algérie-Union européenne », avait affirmé l'ambassade d'Algérie à Bruxelles.

L'Association professionnelle des banques et des établissements financiers confirme et précise

« S’agissant de la prétendue mesure d’arrêt par le gouvernement des transactions courantes avec un partenaire européen, elle n’existe en fait que dans l’esprit de ceux qui la revendiquent et de ceux qui se sont empressés de la stigmatiser », avait précisé la représentation algérienne, démentant ainsi la déclaration de l'ABEF.

Cependant, il faut dire que ce démenti de l'ambassade d'Algérie à l'Union européenne a été une nouvelle fois démenti par l'ABEF. En effet, l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers a confirmé sa décision et a apporté certaines précisions dans une nouvelle note adressée aux banques le 23 juillet. Dans cette nouvelle note, l’ABEF informe les banques et établissements financiers que les mesures de gel des opérations de commerce extérieur de biens et de services de et vers l’Espagne, ne concernent pas « les opérations d’importation ou d’exportations de biens et services en provenance d’Espagne ou d’origine espagnole, domiciliées avant le 9 juin 2022 et pour lesquelles les mouvements de marchandises ou de services ont été effectués après cette date ». Elles ne sont pas également concernées « les marchandises, en provenance d’Espagne ou d’origine espagnole, expédiées avant le 9 juin 2022, domiciliées ou non, le titre de transport faisant foi ». « Il reste entendu que ces marchandises doivent répondre aux exigences prévues par la législation et la réglementation en vigueur », explique cette la note.