Les spéculations se poursuivent toujours autour les intentions de certains joueurs binationaux sur leur nationalité sportive. C'est le cas de Rayan Cherki, Rayan Aït-Nouri, Amine Gouiri et d'autres qui n'arrivent pas à trancher sur leur avenir international. Il ne se passe pas une semaine sans que la presse n'en parle.

Cette semaine, c'est au tour du « futur » meneur de jeu de l'Olympique lyonnais, Rayan Cherki, d'occuper des espaces dans les colonnes de la presse. À cette occasion, ses mots sont décortiqués, comme à chaque fois, à la recherche d'un indice sur son choix de sélection.

Le joueur d'origine algérienne s'est exprimé sur les colonnes du quotidien sportif L'Équipe et le moins que l'on puisse dire, c'est que les supporters des Fennecs ne seront pas vraiment ravis de ce qu'ils vont lire. Il est vrai que le joueur, âgé de 19 ans, déjà sélectionné en équipe de France espoirs, n'a pas exprimé de rejet des sollicitations algériennes, mais il n'a pas non plus montré d'intérêt aux convoitises de la Fédération algérienne de football (FAF)[1]Algérie-France : Cherki et Aït Nouri auraient tranché pour leur sélection.

Rayan Cherki n'a d'yeux que pour les Bleus et l'OL

En fait, dans L'Équipe, Rayan Cherki a choisi d'ignorer complètement l'équipe d'Algérie, contrairement aux Bleus. Dans un extrait, il laisse comprendre qu'il n'est pas du tout intéressé par autre chose que l'équipe de France et l'Olympique lyonnais. Cherche-t-il à convaincre les Algériens de laisser tomber son cas ? Il est plus que probable.

En effet, son propos ne souffre d'aucune ambiguïté. « J'essaie d'exploiter toute occasion que l'on m'offre, soit en équipe de France, soit avec Lyon, pour faire la différence. Et pour m'assurer que j'ai bien les compétences nécessaires pour devenir décisif », a affirmé le joueur qui semble prendre le même chemin que l'ex-Lyonnais Nabil Fekir. Ce dernier a choisi les Bleus au détriment des Fennecs, mais Didier Deschamps a fini par ne plus le convoquer.