Des centaines d'images ont circulé sur les réseaux sociaux et les médias montrant la beauté du nouveau stade de Tizi-Ouzou dont les délais de réception sont très proches, selon les déclarations du ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville Mohamed Tarek Belaribi, qui a repris le chantier en avril 2022 après une longue période d'arrêt.

Mais les amoureux du football en général et les supporters de la Jeunesse sportive de Kabylie en particulier risquent d'être déçus par le constat fait, le dimanche 20 novembre, par une délégation d'élus de l'Assemblée populaire de la wilaya (APW) de Tizi-Ouzou en sortie sur les lieux après 24 heures de pluie quasi ininterrompue.

« Le nouveau stade de Tizi-Ouzou en piteux état après la pluie », titre sur sa page Facebook Smaïl Benhamna, président de la Commission en charge des Sports, de la Culture, de la Jeunesse et des Affaires sociales de l'APW de Tizi-Ouzou, qui a dirigé la délégation ayant fait le déplacement vers la nouvelle enceinte sportive destinée à la JS Kabylie. Le constat n'est pas aussi positif que celui exprimé par le ministre de l'Habitat Mohamed Tarek Belaribi.

Le nouveau stade de Tizi-Ouzou : « marécage » après la pluie

« Le constat établi sur place est alarmant : les travaux du stade d'athlétisme n'avancent pas et ne sont qu'à un taux de 60 %. Des infiltrations sont enregistrées sous les tribunes. Le stade de réplique est au stade de début des travaux », indique le responsable de l'APW qui ne manquera pas de dénoncer le maintien de certains sièges des tribunes rejetés par la Commission qu'il préside à l'APW.

Pire encore, les élus de l'APW ont constaté sur place que « le stade principal est un véritable marécage, car les eaux pluviales ne sont pas évacuées », alors que « la toiture du stade est tel un tamis (infiltration à outrance) ». Ils ont également découvert que la piscine, la salle omnisports et l'hôtel prévus dans le projet de complexe sportif ont été supprimés. « Le seul point positif relevé, c'est le bon taux d'avancement des VRD qui sont à 90 % », concluent les mêmes élus.