Des incidents ont été enregistrés dans la ville de Bruxelles après la victoire de la sélection marocaine face aux Diables rouges de Belgique à la Coupe du monde 2022.

Des centaines de supporters marocains se sont rassemblés dans les rues de la capitale belge pour soutenir les Lions de l'Atlas. Des rassemblements marqués par des débordements, qui ont débuté avant même la fin du match.

Les vidéos circulant sur les réseaux montrent des scènes tendues avec des voitures renversées et des véhicules brûlés au milieu des supporteurs marocains. On voit aussi des cordons de la police belge dépêchée sur place pour contenir les violences. Le politicien français de droite Damien Rieu a commenté cet événements avec des mots durs, faisant référence à une « colonisation » de la Belgique par les « Maghrébins ».

Un but refusé à Ziyech a fait monter la tension à Bruxelles

Placé sous haute tension, le match entre la Belgique et le Maroc a mobilisé les forces de l'ordre dès les premières heures de la matinée à Bruxelles. Vers 15 h 50, la police a fait fermer à la circulation, dans les deux sens, sur le Boulevard du Midi. D’après la RTBF, le but refusé par l’arbitre à l’attaquant marocain Hakim Ziyech, juste avant la pause, a fait monter la tension. Les quelque 150 jeunes présents entre la Bourse et la gare du Midi ont mis le feu à une poubelle. Des pétards et des feux d’artifice ont été lancés.

À lire aussi :  Régularisations des sans-papiers : Darmanin prêt à parler « quotas »

« Vers 15 h 22, des dizaines de personnes, dont certaines étaient encagoulées, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique », a expliqué à Belga Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. « Il y a eu utilisation de matériel pyrotechnique, lancer de projectiles, utilisation de bâtons, incendie sur la voie publique, notamment d'un conteneur à l'intersection du Boulevard Lemonnier et de la rue de Woeringen », explique-t-elle.

Bruxelles sous haute surveillance lors du match Belgique-Maroc

Face à l’ampleur des émeutes, il a été décidé de « procéder à une intervention de la police, avec déploiement de l'arroseuse et utilisation de gaz lacrymogène », a ajouté la porte-parole de la police. De son côté, le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, a donné l’ordre à la police de « procéder à des arrestations administratives des fauteurs de troubles ». Par mesure de sécurité, les stations de métro Beekkant, Sainte-Catherine, De Brouckère et Gare Centrale ont été également fermées. Ces débordements à Bruxelles, rappellent ceux qui ont eu lieu en 2017. La qualification du Maroc pour la Coupe du monde 2018 en Russie avait entraîné des émeutes dans la capitale belge. Une vingtaine de policiers avaient été blessés.

À lire aussi :  Canada : Les musulmans sont victimes de discrimination au travail

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes, en majorité des supporters marocains, ont dénoncé ce qui s’est passé ce dimanche à Bruxelles. Il s’en sont pris à « ces fauteurs de troubles qui n’ont rien à voir avec le sport », comme le soulignent nombre d'internautes.