L'un des meilleurs pâtissiers de France est Algérien

En France, comme un peu partout à travers le monde, il existe de nombreux Algériens qui font parler de leurs exploits. C’est le cas d’Adam Seddik, cet Algérien de 30 ans qui a réussi à se faire une place au soleil en s’imposant comme l’un des meilleurs pâtissiers de France. Une réussite qui n’a pas été facile pour ce jeune algérien qui a fait face à plusieurs embuches, comme il l’affirme lui-même dans son témoignage.

Arrivé en France à l’âge de 6 ans, l’Algérien Adam Seddik n’a pas cessé de gravir les échelons pour devenir aujourd’hui l’un des meilleurs pâtissiers de l’Hexagone. Son parcours n’a pas été un long fleuve tranquille, mais grâce à sa ténacité, il a réussi à s’imposer dans un domaine difficilement accessible aux Français, encore moins aux immigrés en provenance d’Afrique du Nord.

Passionné par la pâtisserie dès son jeune âge, Adam Seddik a réussi le pari de se frayer un chemin en France en dépit de tous les obstacles. Cet Algérien est aujourd’hui connu dans le monde de la pâtisserie, surtout en Île-de-France. À son arrivée en France, alors qu’il avait 6 ans, Adam Seddik a vécu à Villetaneuse, dans le 93. Une banlieue où il n’est pas facile de se faire un chemin dans les métiers de la pâtisserie, comme il l’affirme dans un entretien à AJ+.

Société À Rouen, une soirée « les étrangers dehors » suscite la polémique

Adam Seddik, un pâtissier algérien qui fait parler de lui en France

« La pâtisserie, ça a toujours été un amour. J’ai toujours fait des cakes les dimanches avec ma maman », raconte-t-il. Alors qu’il voulait passer son CAP pâtisserie, sa famille et son professeur au lycée l’ont plutôt incité à décrocher un Bac général, pour ensuite faire une réorientation. Ce n’est d’ailleurs qu’à l’âge de 24 ans qu’il obtient son diplôme de pâtissier. Il dit qu’il a trouvé toutes les peines du monde pour trouver un stage afin de valider son CAP.

Dans son témoignage, Adam dit s’être rendu au siège d’une entreprise et que le patron a eu un choc en le voyant devant lui, en raison de sa barbe. « C’est tombé en une période où il y a eu des attentats. On m’assimile malheureusement à ça, alors que je m’en désavoue totalement. Je pense que mon profil avait dérangé à ce moment-là », explique-t-il en faisant référence aux attentas islamistes qui avaient secoué la France en 2015.

Le chef pâtissier Adam Seddik collectionne les récompenses en Île-de-France

Grâce à sa persévérance, ce jeune Algérien a réussi à s’imposer. Devenu chef pâtissier, il crée sa propre boutique. La Maison Azalée, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Adam a surtout réussi à se faire un nom en collectionnant des récompenses. En octobre dernier, il a remporté avec son apprenti les deux premières places du concours régional du meilleur éclair au chocolat de l’Île-de-France. Il a également décroché la deuxième place du meilleur flan d’Île-de-France ainsi que le prix du deuxième meilleur croissant et de la meilleure galette du Val-d’Oise.

Malgré sa réussite, ce chef pâtissier algérien se dit être victime de nombreuses attaques racistes notamment sur les réseaux. Certains internautes l’attaquent surtout en raison de sa barbe et son accoutrement jugé « islamiste ». Des commentaires racistes qu’Adam dénonce, surtout que pour lui la France est un pays de mélange des cultures, des couleurs et des traditions. « Ça ne me touche pas, au contraire ça rend plus fort », relativise-t-il.

Société L'Algérie recrute des enseignants d'arabe qui vont exercer en France


Vous aimez cet article ? Partagez !