L'immigration au Québec est un sujet de débat récurrent, mais ces débats se concentrent souvent sur les cibles annuelles de résidents permanents, alors que c'est au moins trois fois plus de gens chaque année qui arrivent au Québec avec un permis temporaire ou qui le renouvellent. Les chiffres et les experts sont sans équivoque, c’est un véritable virage de l’immigration qui s’opère en silence. Ce virage est surtout accentué depuis la venue de la Coalition avenir Québec au pouvoir. Dans cet article nous allons explorer les conséquences de cette tendance croissante de l'immigration temporaire sur les immigrés et les employeurs québécois.

La crise de main-d'œuvre qui pousse les employeurs vers l'immigration temporaire

Depuis 2016, la pénurie de main-d'œuvre s'est vraiment amorcée, explique Denis Hamel, Vice-président des politiques de développement de la main-d’œuvre au Conseil du patronat du Québec (CSQ). Les employeurs se tournent vers les travailleurs étrangers temporaires, car ils ont besoin de pourvoir rapidement un poste vacant et il est de plus en plus difficile d'obtenir un permis de résidence permanente. Les employeurs se tournent donc vers des « voies de contournement » pour satisfaire leur besoin en main-d'œuvre.

Les chiffres de l'immigration temporaire au Québec comparés à l'immigration permanente

Il est important de noter que le nombre d'immigrants temporaires au Québec est considérablement plus élevé que celui des résidents permanents. Pendant que les débats sur l'immigration se focalisent sur la cible de 50 000 résidents permanents, il y a au moins trois fois plus de gens chaque année qui arrivent au Québec avec un permis temporaire ou qui le renouvellent. Selon les données disponibles jusqu'en octobre ou en novembre, il y avait plus de 145 000 titulaires de permis temporaires en 2021 et au moins 181 000 en 2022, selon les catégories. Il est donc clair que c'est un véritable virage de l'immigration qui s'opère en silence.

À lire aussi :  Immigration au Canada : Le Québec dénonce un manque d'humanisme

Les raisons pour lesquelles cette tendance de l'immigration temporaire s'est accélérée

Ce virage vers l'immigration temporaire s'est considérablement accéléré depuis la venue de la Coalition Avenir Québec au pouvoir. Il est important de noter que cette tendance n'est pas directement causée par les actions du gouvernement, mais plutôt par les décisions qu'il a prises dans sa politique d'immigration. Les travailleurs étrangers temporaires, tant en agriculture qu'en haute qualification, sont recrutés par les entreprises elles-mêmes, les étudiants étrangers veulent obtenir un diplôme québécois et les demandeurs d'asile arrivent de leur propre volonté et à leurs propres moyens sur le territoire. Cependant, c'est l'exclusion de la création de voies d'accès vers la résidence permanente et les réformes qui ont restreint les possibilités d'accès à ce statut pour les personnes sans formation collégiale ou universitaire qui a conduit les employeurs à se tourner vers les résidents temporaires.

Les restrictions de résidence permanente et les conséquences pour les immigrés

Cette tendance vers l'immigration temporaire a des conséquences importantes sur l'intégration des immigrés au Québec. En effet, le fait de ne pas offrir de voies d'accès à la résidence permanente empêche les immigrés temporaires de se projeter dans l'avenir et de s'intégrer pleinement à la société québécoise.

De plus, les travailleurs temporaires sont considérés comme plus vulnérables, car ils sont soumis à des conditions de travail précaires et à une incertitude quant à leur avenir au Québec. Ils ne peuvent pas changer d'employeur et leur permis expire après un certain temps, les rendant dépendants de leur employeur actuel. Cette vulnérabilité peut entraîner des abus de la part des employeurs et une exploitation des travailleurs temporaires.

À lire aussi :  Grève en France : Risque de perturbation des vols vers l'Algérie

En résumé, cette tendance de l'immigration temporaire a des conséquences importantes sur l'intégration des immigrés et la vulnérabilité des travailleurs temporaires, et il est nécessaire de discuter de ces questions pour trouver des solutions qui favorisent l'intégration et la protection des droits des travailleurs immigrés.

Les discussions sur l'immigration doivent inclure la réalité de l'immigration temporaire

En conclusion, le virage vers l'immigration temporaire au Québec s'est considérablement accéléré ces dernières années. Ce déséquilibre vers le temporaire a des conséquences importantes sur l'intégration des immigrés et la vulnérabilité des travailleurs temporaires. Il est important que les discussions sur l'immigration incluent cette réalité de l'immigration temporaire, qui est de plus en plus présente au Québec, pour pouvoir prendre des décisions qui tiennent compte de cette réalité croissante et de ses conséquences potentielles.