Ce n'est que trop connu : entre Zinedine Zidane et Didier Deschamps, c’est loin d’être la grande amitié. Les deux stars se voueraient même une détestation sans limites. Certains – et ils sont nombreux – pensent que cette inimitié remonte à presque 25 ans, exactement au Mondial 1998 quand Zidane a volé toutes les lumières. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le dernier évènement en date qui a témoigné de la rivalité entre les deux hommes c’est, sans doute, les propos tenus par le président, mis en retrait, de la Fédération française du football (FFF) Noël Le Graët, à l’encontre de Zinedine Zidane. Toute la famille sportive – aussi politique – s’était alors précipitée à prendre la défense de l’ancien numéro 10 des Bleus. Deschamps, lui, ne s’est pas trop pressé de le faire. « Ses propos (Noël Le Graët, NDLR), comme il l’a reconnu et admis, étaient inappropriés. Je trouve que c’est une très bonne chose qu’il ait pu présenter ses excuses à Zizou », a-t-il déclaré quatre jours après lesdits propos1.

Le silence de Deschamps a été fortement commenté par la presse, parfois même plus que ne l’ont été quelques soutiens. Et c’était l’occasion de revenir sur les rivalités « footballistiques », à proprement parler, entre les deux hommes : le poste de sélectionneur des Bleus. L’on a parlé alors de jalousie, de racisme, de favoritisme, d’hypocrisie. C’est à croire qu’entre Zidane et Deschamps, ça a toujours été la guerre.

À lire aussi :  Manchester City réalise un documentaire sur Riyad Mahrez

Lionel Charbonnier : « nos retrouvailles sont toujours aussi belles »

Mais la vérité est tout autre, selon un ancien Bleu qui vient de livrer un témoignage poignant quant à l’ambiance qui a prévalu au sein de la sélection française de 1998. Il s’agit de Lionel Charbonnier, ancien gardien de but des Bleus. « Je vous rassure, ou peut-être vais-je en décevoir, mais France 98 est bien plus soudée que vous ne le pensez », a déclaré, en effet, Charbonnier sur RMC. Et d’ajouter : « comme déjà dit dans "Rothen s’enflamme" et dans "l’After Foot" et repris dans la presse écrite, nos retrouvailles sont toujours aussi belles. Mais en dehors, chacun vit sa vie ! Normal non ? »

Lionel Charbonnier n’hésite pas à donner d’amples détails pour illustrer l’ambiance festive qui régnait à l’époque. « Vous voulez tout savoir : tous les absents ont pu suivre en direct notre soirée privée. Tout était relayé par photos/vidéos par tous les présents. Une vraie communion bien plus forte qu'une famille ! Sur ce, je garderai l'intimité de nos échanges, à table ou (sur les) réseaux », a-t-il témoigné.


  1. Didier Deschamps réagit enfin aux attaques de Le Graët contre Zidane