L'Aïd al-Adha sera-t-il annulé au Maroc ?

La situation économique dans les pays de l'Afrique du Nord subit les affres de 2 années de crise sanitaire suivies des conséquences de la guerre en Ukraine qui a fait exploser l'inflation. Au Maroc, en Tunisie et en Algérie, le pouvoir d'achat a reculé d'une façon significative. C'est dans ce contexte qu'arrive l'Aïd al-Adha, rite de sacrifice dans la religion musulmane, et que le débat sur son annulation est lancé.

En effet, hormis l'Algérie où la sacralité de cette fête ne laisse aucune place au débat, au Maroc et en Tunisie, les appels se multiplient pour l'annulation de l'Aïd al-Adha pour des raisons économiques. Cette campagne prend cependant de l'ampleur au Maroc plus qu'ailleurs. En effet, dans ce royaume, les autorités avaient par le passé suspendu le rite du sacrifice pour cause économique et à la suite de la sécheresse. C'est arrivé 3 fois dans l'histoire du Maroc et Aïd el-Kebir a été suspendu en 1963, 1981 et 1996.

Le Maroc entre inflation, baisse du pouvoir d'achat et sécheresse

Pour cette année 2023, le pouvoir d'achat au Royaume chérifien a considérablement reculé. Les prix du mouton ont augmenté de 15 à 25 %, selon des sources officielles. Les Marocains traversent une période difficile, les ménages souffrent et n'arrivent pas à boucler les fins de mois. La classe moyenne et les pauvres ne peuvent vraiment pas se permettre d'acheter des moutons pour les sacrifier. En ajoutant à cela le recul de la production ovine en raison de la sécheresse que traverse le pays, la coupe est pleine. Les Marocains sont donc  nombreux à lancer une campagne avec un hashtag « annulation de l’Aïd al-Adha » pour faire pression sur le gouvernement.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts

Cependant, le gouvernement marocain tient à cet Aïd. Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a catégoriquement rejeté cette option. Il a cependant assuré que son gouvernement va réguler les prix pour ne pas léser les Marocains. Est-ce suffisant ? Au Maroc, réguler les prix du mouton dans ce contexte n'est pas suffisant. De toute façon, même si les prix reculent un peu, ils ne seront toujours pas à la portée des couches les plus vulnérables.

En Tunisie, la campagne pour l'annulation de cet Aïd est timide. En février, le représentant des bouchers a demandé cette annulation1. Cependant, la démarche est différente par rapport au Maroc. Le représentant des bouchers a justifié sa demande au grand mufti de la République par la  préservation du cheptel local.


  1. Tunisie: Les Bouchers appellent le Mufti de la République à annuler l’Aïd Adha !, Tunisie Numérique 


Vous aimez cet article ? Partagez !