Le dollar flanche devant l'euro : Quel impact sur l'Algérie et la France ?

La chute de l'euro face au dollar étasunien n'est plus qu'un souvenir de la crise européenne causée par la guerre en Ukraine. Ces derniers jours, les rôles se sont inversés, et c'est maintenant le dollar qui flanche face à la monnaie unique européenne. En effet, sur les marchés financiers, le dollar est à la traîne. Ce mardi 18 juillet, le billet vert a continué de perdre du terrain, s'échangeant à 0,89 euro. Ainsi, un euro vaut désormais 1,13 dollar.

Le dollar s'est affaibli avant la publication d'un indice aux États-Unis qui pourrait conforter les attentes des investisseurs d'une fin proche du cycle de resserrement monétaire de la Fed. En effet, les attentes du marché quant à la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine ont changé de « manière significative au cours des dernières semaines ». D'abord, l'inflation américaine (indice CPI) est ressortie à 3,0 % en juin sur un an, un ralentissement plus marqué que prévu. Le marché anticipe une nouvelle hausse des taux lors de la réunion de l'institution en juillet, suivie d'une longue pause, puis des réductions de taux attendues au premier trimestre de l'année prochaine. « Toute nouvelle faiblesse des principaux indicateurs américains est susceptible d'avancer les prévisions de réduction des taux, ce qui pèsera sur le dollar à court terme », affirme l'expert en économie M. Harte.

Une bonne nouvelle pour l'Europe, mais qu'en est-il de l'Algérie ?

Inversement, l'euro a atteint son plus haut niveau depuis 17 mois. Les investisseurs s'attendent à ce que la Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre aient encore du chemin à faire dans leur cycle de hausse des taux.

Économie L'Algérie signe un contrat historique pour son projet solaire

Selon, les analystes, la hausse de l'euro est une bonne nouvelle pour les consommateurs et une mauvaise nouvelle pour les producteurs en Europe. Explications : un euro qui monte veut dire concrètement un pouvoir d'achat qui augmente, surtout pour les Européens qui vont passer leurs vacances hors de ce continent, comme par exemple aux États-Unis. À terme, cette hausse fait aussi baisser la facture énergétique étant donné que le pétrole est vendu en dollar, un dollar faible entraînant un coût d'achat inférieur.

Cependant, pour les producteurs européens, c'est une mauvaise nouvelle. Il devront faire concurrence aux pays qui vendent en dollar et dont les prix seront plus attractifs. Pour l'Algérie, la baisse du dollar veut dire que le pétrole vendu dans cette monnaie rapportera moins. L'Algérie importe aussi de l'Union européenne, en euro, et un euro plus cher veut dire coûts d'importation plus élevés.


Vous aimez cet article ? Partagez !