Visa Schengen : Le nouveau système européen pose problème

Les porteurs de visa Schengen feront face à un nouveau système d'entrée/sortie de l'Union européenne, prévu pour octobre 2024. Ce nouveau dispositif vise à moderniser les contrôles aux frontières en remplaçant le tamponnage manuel des passeports par un enregistrement automatisé des voyageurs.

Si ce changement promet une meilleure sécurité et une gestion plus efficace de l’immigration, il suscite néanmoins des inquiétudes quant à son impact sur les voyageurs et les aéroports. Le site Euronews estime que ce nouveau système d'entrée/sortie de l'UE pourrait entraîner un énorme retard dans les voyages.

À priori, l'EES (European Entry/Exit System) vise à renforcer la sécurité aux frontières et à lutter contre l'immigration irrégulière en enregistrant les empreintes digitales, les photos et les détails de voyage (date et lieu d'entrée et de sortie) des personnes qui entrent avec un visa Schengen. Cet enregistrement systématique permettra de mieux identifier les voyageurs qui dépassent la durée autorisée de leur séjour et de faciliter les enquêtes en cas d'incidents de sécurité.

Voyage & Immigration ASL Airlines ouvre les réservations vers l'Algérie pour cette nouvelle période

Cependant, la mise en œuvre de l'EES présente des défis importants pour les États membres de l'UE. Ils devront d’abord adapter leurs infrastructures et processus pour gérer des flux plus complexes, ce qui pourrait entraîner des temps d'attente plus longs, plus de pression sur les infrastructures et des problèmes d'interopérabilité entre les différents systèmes nationaux.

Visa Schengen, maintien des prestataires de services externes ?

Les compagnies aériennes et les autorités aéroportuaires s’attendent à des files d'attente plus longues et des retards, notamment pour les voyageurs de dernière minute. Ces retards risquent de générer des situations d’anarchie et de chaos dans les aéroports et créer des problèmes pour les voyageurs et les transporteurs.

Pour minimiser ces impacts négatifs, les États membres devraient collaborer avec des prestataires de services externes spécialisés dans l'enregistrement biométrique et la gestion des demandes de visa Schengen. Ces prestataires, qui disposent de l'expertise et des ressources nécessaires, seraient en mesure de gérer les volumes élevés de données biométriques et garantir la sécurité des informations.

Par ailleurs, les nouvelles exigences de l'EES pourraient également avoir des répercussions économiques et sociales. Les secteurs du tourisme, du commerce et du transport aérien pourraient être affectés par les retards aux frontières et les nouvelles procédures de contrôle.

Voyage & Immigration Nomination d'un porte-parole : L'aéroport d'Alger nie et accuse


Vous aimez cet article ? Partagez !