Air Algérie : Cette destination en France risque de disparaitre

L'aéroport de Lorraine, desservi à 60 % par Air Algérie, se bat pour sa survie face à la forte concurrence et la fréquentation en baisse constante. La plateforme aérienne risque sérieusement de fermer mettant en péril les trois vols réguliers d’Air Algérie depuis Alger, Oran et Constantine.

Après la suspension des liaisons Lorraine-Marseille et Lorraine-Lyon par Twin Jet, Air Algérie demeure le principal partenaire aérien de l'aéroport, assurant des vols vers Alger, Constantine et Oran. La compagnie aérienne nationale assure 60 % des cinq lignes régulières. Twin jet et TUI fly proposent respectivement des vols vers Toulouse dans le sud de la France et Casablanca au Maroc.

Avec seulement 110'000 passagers par an contre 350'000 avant la pandémie, l'aéroport peine à remplir ses objectifs. La perte des subventions européennes en 2027 fragilise encore plus sa situation financière. La région Grand Est, gestionnaire de l'aéroport, a commandé un audit financier pour évaluer sa viabilité et envisager des solutions.

Voyage & Immigration Nomination d'un porte-parole : L'aéroport d'Alger nie et accuse

Trois vols d'Air Algérie menacés

Air Algérie représente un pilier essentiel pour l'aéroport de Lorraine, reliant la région à la communauté algérienne établie en France. La compagnie assure, depuis cet aéroport, des vols réguliers vers Alger, Constantine et Oran, contribuant ainsi à maintenir une offre de transport aérien pour les habitants de la région. Mais une fermeture de l’aéroport mettra fin à ces lignes régulières très prisées par les membres de la diaspora algérienne établis dans le grand est de la France.

L'avenir de l'aéroport de Lorraine reste incertain. La fermeture de la ligne Lorraine-Marseille et la concurrence des aéroports voisins fragilisent sa position. La Région Grand-Est, qui gère cet aéroport ainsi que deux autres dans la région, refuse, pour l’instant, d’envisager une fermeture. Toutefois, elle a commandé un audit financier pour évaluer la situation.

Les résultats de cette étude, attendus début 2025, pourraient influencer de manière décisive l’avenir de l’aéroport. Par ailleurs, une décision européenne interdit, à partir de 2027, tout financement public des aéroports, ce qui priverait l’aéroport de Lorraine des 1,9 million d’euros annuels alloués par la Région. Sans cette aide financière, la fermeture semble inévitable, à moins de trouver un investisseur privé.


Vous aimez cet article ? Partagez !