Les aéroports de Paris risquent d'être paralysés lors des JO 2024

Les syndicats du Groupe ADP, qui gère les aéroports de Paris, Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, menacent d’entrer en une grève à partir du début juillet. Les travailleurs réclament des primes uniformes et équitables pour tous les agents mobilisés pendant les Jeux olympiques.

Les syndicats CGT, CFDT, FO et UNSA du Groupe ADP ont formulé des revendications claires à la direction. Au cœur de leurs demandes : une prime "équitable et uniforme" pour tous les salariés mobilisés pendant les Jeux olympiques de Paris 2024. Ils dénoncent des mesures de gratification "discriminatoires" et exigent une méthode uniforme pour l'ensemble du personnel de l'entreprise.

Face à l'augmentation attendue du trafic aérien durant l'été, avec un pic de 350'000 passagers par jour aux aéroports de Roissy et Orly, les syndicats réclament également un plan d'embauche conséquent pour combler le manque de personnel, estimé à près de 1000 postes. Les syndicats demandent également l’amélioration des conditions de travail pour les employés. Ils exigent des mesures concrètes pour faire face à la dégradation des conditions de travail et garantir le respect des congés payés, alors que la pression risque de s'intensifier durant la période estivale.

Voyage & Immigration Regroupement familial en France : L'OFII annonce du nouveau

Les aéroports de Paris risquent d'être paralysés

Pour l'heure, la direction du groupe des Aéroports de Paris, dont l'État détient 50,6 % du capital, n'a pas réagi face aux doléances des syndicaux. Augustin de Romanet, président-directeur général du groupe, qui assure lui-même l'intérim jusqu'à la fin des Jeux olympiques, après que le gouvernement ait refusé de lui accorder un troisième mandat, ne s'est pas prononcé.

Il faut dire que les salariés des Aéroports de Paris ne sont pas à leur premier coup d'essai. Le 19 mai dernier, un mouvement de grève avait déjà été appelé, sans toutefois causer de perturbations majeures. Cependant, les syndicats prennent exemple des succès obtenus par leurs homologues du secteur public et parapublic. En effet, des primes conséquentes ont récemment été accordées aux employés de la RATP et de la SNCF après des mouvements de grève couronnés de succès, en vue des Jeux olympiques.

Selon BFM TV, si la direction du Groupe ADP ne répond pas favorablement aux revendications des syndicats d'ici le 5 juillet, un préavis de grève sera déposé, menaçant de paralyser les aéroports parisiens. Les conséquences d'une telle action seraient désastreuses pendant les JO. Les retards et les annulations de vols engendreraient des pertes financières considérables pour les compagnies aériennes et les entreprises locales dépendantes du tourisme.


Vous aimez cet article ? Partagez !