L’eurodéputé Raphaël Luckmann a révélé les dessous de la résolution du parlement européen concernant la situation en Algérie .Il a affirmé que la véritable ingérence est celle « du soutien au régime algérien par les gouvernements européens, influencés par les lobbies gaziers et pétroliers » dans une interview accordée au quotidien francophone El Watan.

Raphaël Luckmann a réaffirmé ses positions par rapport à l’Algérie. Il a insisté sur la main mise de l’argent dans les relations qu’entretiennent les gouvernements européens avec notre pays.

L’eurodéputé a accusé les multinationales pétrolières d’être derrière le silence des gouvernements. « Des intérêts puissants sont en jeu. L’Algérie, c’est le pétrole et le gaz évidemment. Beaucoup de gens, ici, ont intérêt au statu quo. Total n’est pas n’importe quelle compagnie, par exemple. Beaucoup, beaucoup d’argent est en jeu », a-t-il expliqué.

« L’argument sécuritaire qui explique le silence des chancelleries occidentales : l’armée algérienne a été la première à vaincre le terrorisme et la coopération des Services algériens, parmi les plus informés au monde, est cruciale dans la lutte contre le terrorisme. Et donc beaucoup de gouvernants ont peur de l’instabilité en Algérie », a-t-il ajouté.

L’eurodéputé a tenu à souligner que son soutien au peuple algérien est inconditionnel .Il déclare que « Ce ne sont pas les lobbies qui vont m’impressionner. Et pas non plus les «mouches électroniques» du régime qui viennent m’insulter sur les réseaux sociaux ». Il révèle être impressionné par le pacifisme du Hirak algérien . « C’est le courage des Algériennes et des Algériens qui manifestent depuis des mois, sans casser une vitre, en faisant le ménage derrière les cortèges, en incarnant de la plus belle des manières ces valeurs que nous partageons tous », a-t-il indiqué.

Rappelons que la résolution du Parlement européen, adoptée jeudi dernier, condamne  « fermement les arrestations arbitraires et illégales ainsi que l’emprisonnement, les attaques et les intimidations de journalistes, syndicalistes, avocats, étudiants, défenseurs des droits de l’homme et de manifestants pacifiques qui prennent part aux manifestations du hirak ».

Lire aussi : Résolution du Parlement européen sur l'Algérie : Ce qu'il faut savoir