Le très attendu procès des quatre hommes d’affaires, des deux Premiers ministres et des ex-ministres de l'industrie accusés de corruption est finalement reporté de deux jours. Il devait s’ouvrir ce lundi 2 décembre au tribunal Sidi M’hamed à Alger.

Ce report est décidé suite à la demande formulée par les avocats de la défense. Les avocats des accusés motivent leur demande par « l’impossibilité de tenir un procès équitable dans des conditions pareilles ». Le procès est reprogrammé pour le mercredi 4 décembre.

Le procès qui devait se tenir ce lundi matin devait voir défiler à la barre des hommes d’affaires algériens spécialisés dans l’importation et le montage automobile. Des ministres et plusieurs hauts responsables de l’Etat, accusés de corruption, devaient également répondre devant le tribunal.

Il s'agit de Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que trois anciens ministres de l'industrie, en l'occurrence Abdeslam Bouchouareb, qui se trouve en fuite, et Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda. Il s'agit également des hommes d'affaires Ali Haddad, Ahmed Mazouz, Mohamed Baïri et Hassan Larbaoui.

Prévisible que le procès soit reporté

Le report de ce procès était prévisible, après les déclarations des avocats de la défense, faites dimanche 1er décembre. « Il n’est pas question pour nous de bloquer le cours de la justice en demandant l’ajournement de ces procès. Nous estimons que le contexte actuel ne permet pas de juger des affaires aussi importantes dans un climat de sérénité. Ces dossiers ont été renvoyés devant le tribunal, il y a à peine une semaine pour certains et à peine quatre jours pour d’autres. Comment peut-on se préparer au procès en un temps aussi court ? Ceux qui seront jugés sont des justiciables. Ils ont droit à un procès équitable qu’il faut leur assurer. Notre souci est de garantir à chacun d’eux les moyens de se défendre. Il y va de l’image de la Justice », a déclaré Me Abdelmadjid Sellini, l'un des avocats de la défense, repris par El Watan.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

À noter que tôt ce matin, le tribunal Sidi M’hamed a été pris d’assaut par des journalistes et des citoyens qui voulaient assister à l’audience. Exceptionnellement, le tribunal a mis en place des écrans de télévision dans les halls de l’immeuble pour permettre au plus grand nombre de citoyens de suivre le déroulement du procès.

Lire aussi : Procès des anciens ministres et des oligarques : Ce qu'il faut savoir