Les ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, ont été présentés à la barre en compagnie d’autres anciens ministres lundi 2 décembre au tribunal de Sidi M'hamed dans un état psychologique lamentable. Les policiers les avaient menottés et conduits vers le banc des accusés, sous forme de cage avec un "barreaudage" selon l'avocat Nadjib Bitam. Ce dernier s'est exprimé dans une interview donnée au journal El Bilad.

L'avocat décrit la scène comme surréaliste. Il révèle en effet que « les deux anciens hauts responsables ont cherché du regard la compassion des présents. Ils ont scruté chaque détail dans la salle comme s'ils ne comprenaient pas ce qu'il leur arrivait ».

L'avocat qui s'est constitué pour défendre les anciens responsables et oligarques emprisonnés ajoute aussi que ces derniers qui étaient « habitués à une vie faste et confortable, se retrouvent enchaînés et humiliés publiquement et ont du mal à accepter la réalité ».

Bitam affirme que sur le plan psychologique « les ex-ministres sont abattus. Ils sont fatigués. Ils n'ont clairement pas dormi de la nuit. On voit clairement la peur sur leurs visages ». Il ajoute qu' « à part deux ou trois ministres, les autres sont épuisés et perdus, ils ont le regard hagard et lointain ». L'avocat conclut que « les accusés n'ont pas rencontré le président de la cour » et qu'à leur sortie l'un d'entre eux à crié : « Ce n'est pas un procès, c'est une mascarade ! ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Les avocats vont boycotter le procès du 4 décembre

Il faut rappeler que le procès prévu le lundi 2 décembre a été reporté au 4 du mois suite à la demande formulée par les avocats de la défense. Ces derniers ont motivé leur demande par "l’impossibilité de tenir un procès équitable dans des conditions pareilles".

Ce report n'a pas été satisfaisant pour les avocats de la défense. Me Abdelmadjid Sellini, membre du collectif a annoncé le boycott des audiences du 4 décembre à cause de ce qu’il a qualifié d’irrégularités procédurales.

Lire aussi : Procès des anciens ministres et des oligarques : Ce qu'il faut savoir