Le Département fédéral des affaires étrangères Suisse s’est prononcé une nouvelle fois sur le gel des avoirs du clan du président algérien déchu Abdelaziz Bouteflika. La Tribune de Genève a rapporté dimanche 8 décembre qu’aucune procédure de blocage de l’argent illicite des hommes du régime de Bouteflika n’a été effectuée.  

Le média suisse cite également l’avocat algérien, Lachemi Belhocine, un des auteurs de la plainte déposée au Conseil fédéral de la Confédération suisse pour recouvrer les biens et les avoirs financiers pillés par les dirigeants algériens sous le règne de Bouteflika.

Le président du collectif « Algériens Sans Frontières » met en garde contre des rumeurs sur le blocage des avoirs en Suisse du clan Bouteflika. « Les gens croient que j’ai bloqué l’argent caché en Suisse mais pas du tout. C’est à l’actuel ministre algérien de la Justice de solliciter l’entraide judiciaire », explique Lachemi Belhocine.

Les autorités algériennes ne veulent pas recouvrer l’argent dilapidé ?

Me Belhocine explique que pour enclencher une procédure de récupération de l’argent algérien caché en Suisse, il doit y avoir une véritable volonté politique de la part des autorités algériennes. « C’est à l’actuel ministre algérien de la Justice de solliciter l’entraide judiciaire », affirme Me Belhocine.

Pour l’avocat algérien basé en Suisse, l’absence de la moindre réaction de la part des autorités judiciaires en Algérie laisse penser qu’elles ne veulent pas vraiment traquer l’argent des Algériens.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

La Suisse prête à rendre à l’Algérie, son argent volé

Le conseiller fédéral suisse Ignazio Cassis a affiché en juin dernier la disposition de son pays à collaborer avec les autorités algériennes pour garantir le retour de l'argent pillé par le clan familial et politique de l'ex-président algérien, Abdelaziz Bouteflika. « La stratégie de coopération suisse pour l’Afrique du Nord prévoit entre autres la possibilité de soutenir des projets en lien avec des processus démocratiques », a-t-il indiqué.

La position du conseiller fédéral suisse est venue en réponse à un texte déposé par le député socialiste Sommaruga Carlo au niveau de Conseil national suisse, à travers lequel il interpelle les autorités fédérales sur l'urgence d'une action gouvernementale visant à bloquer l'argent illicite détenu par des oligarques algériens et des proches de l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika. Le parlementaire a proposé de geler ces avoirs pour prévenir leur disparition et afin de les remettre ensuite au peuple algérien.

« Le clan familial et politique de l'ex-président algérien a mis en place un système de prévarication et d'accumulation d'avoirs illicites. Les premières arrestations pour corruption ont eu lieu. Des interdictions de sortie du territoire algérien ont été prononcées contre des agents suspectés de corruption. Il est notoire que les banques suisses détiennent des avoirs algériens illégitimes. Pour prévenir leur disparition et le non-retour au peuple algérien, le Conseil fédéral entend-il geler ces avoirs? », lit-on dans le texte adressé au représentant du gouvernement suisse.