La chambre d'accusation de la Cour d'Alger a statué sur la demande de libération provisoire déposée par les avocats du coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS- non agréé), Karim Tabbou. Cette institution judiciaire a finalement rejeté cette demande et l'homme politique restera donc en prison jusqu'à son procès.

En effet, selon le frère du détenu politique, Djaffar Tabbou, la chambre d'accusation de la Cour d'Alger a pris la décision de maintenir le chef de l'UDS en prison. C'est dans une publication sur son compte Facebook que Djaffar Tabbou a fait cette annonce.

En fait, la Cour d'Alger devait rendre son verdict sur la demande de libération provisoire de Karim Tabbou le mercredi 18 décembre dernier. Mais il a été renvoyé au mercredi 25 décembre, avant qu'il ne soit avancée à ce dimanche 22 décembre. Un cafouillage que personne n'a pensé expliquer à l'opinion publique.

Pour rappel, Karim Tabbou a été arrêté le 12 septembre dernier et mis sous mandat de dépôt à la prison de Kolea, dans la wilaya de Tipaza. Sa demande de libération provisoire a été acceptée par la chambre d'accusation du tribunal de cette ville, le 25 septembre mais Karim Tabbou sera arrêté de nouveau le lendemain et mis sous mandat de dépôt par le procureur près le tribunal de Sidi M'hamed d'Alger.

À lire aussi :  Marine Le Pen demande la fermeture de plus de mosquées

Il importe de relever enfin que Karim Tabbou est poursuivi pour "incitation à des actes de violence dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale" et "atteinte à l’unité nationale".