L’ex-directeur de la chaîne qatarie El Jazeera, Yasser Abou Hilalah, a accusé le Maroc d’avoir appuyé le Groupe islamique armé (GIA) dans les années 1990 en Algérie. Ce groupe terroriste était l’un des plus sanguinaires en Algérie.

C’est un véritable pavé dans la marre que vient de lancer l’ex-directeur de la chaine d’information El Jazeera sur son compte Twitter. En effet, le jordanien Yasser Abou Hilalah a accusé le Maroc d’avoir soutenu le groupe terroriste GIA en Algérie durant la décennie noire. L’accusation de soutien aux terroristes algériens par le Maroc n’est pas tout à fait nouvelle. Les deux pays s’échangent souvent des amabilités à ce sujet depuis de longues années.

Yasser Abou Hilalah a noté, par ailleurs, que le Maroc et l’Algérie se font une « guerre d’usure ». « Il est inutile de demander pardon. L’Algérie soutient les indépendantistes sahraouis et le Maroc défend les Amazighs », écrit-il encore.

Entre l'Algérie et le Maroc, les accusations étaient fréquents

Un des épisodes les plus marquants dans cette question est sans doute celui du chef terroriste Abdelhak Layada, dit Abou Adlène, actuellement devenu personnalité nationale. Ce dernier qui fut l'un des membres fondateurs du GIA dont il fut brièvement chef a été arrêté au Maroc, le 10 juin 1993. Il s’y est rendu pour acheter des armes pour les maquis terroristes. Il n’a été remis aux autorités algériennes que trois mois après, suite à un forcing des services de renseignements algériens.

Le GIA était un groupe islamiste armé qui a mis le pays à feu et à sang durant les années 1990. Il était dirigé par les tristement célèbres chefs terroristes Antar Zouabri, Djamel Zitouni, et tant d’autres encore. Ils sont accusés d’avoir orchestré les plus sombres pages du terrorisme islamiste en Algérie.

Lire aussi : Algérie-Maroc : Un ancien ministre marocain appelle à la réconciliation