Le président algérien Abdelmadjid Tebboune menace les médias. Il menace essentiellement les médias qui ne se contenteront pas de répercuter les communiqués de la présidence diffusés via l'agence officielle, l'APS. Et c'est un communiqué de la Direction de la presse et de la communication qui l'a affirmé officiellement, samedi 28 décembre.

La Direction de la presse et de la communication de la présidence de la République "affirme que les informations diffusées à travers tout média ou plateforme de communication au titre de scoop ou dans le but de faire accroire à l’opinion publique à une proximité de la source d’information sans respect des lois de la République et des règles de la déontologie exposeront leurs auteurs aux peines prévues par les lois de la République".

C'est une menace claire à tous les médias tentés par diffuser des informations rapportées par des sources requérant l'anonymat. D'ailleurs, les rédacteurs du communiqué précisent que "l’information officielle est rendue publique à travers des communiqués de la présidence de la République publiés par l’Agence Algérie presse service (APS) et que toute information rapportée en dehors de ce canal est à classer dans la case de la propagande et la désinformation".

Tebboune prévoit des rencontres périodiques avec les médias

Et pour rassurer la presse, supports et plateformes de communication, la Direction de la presse et de la communiqué rappelle que le président Tebboune "avait annoncé la tenue de rencontres périodiques avec la presse pour expliquer la situation générale, requérant la pondération et la sérénité, pour répondre à toutes les questions de la presse".

À lire aussi :  Marine Le Pen demande la fermeture de plus de mosquées

D'ailleurs, c'est dans ce sens que cette structure annonce l'accréditation prochaine de journalistes de différents médias "pour la couverture des activités présidentielles, sans distinction ou exclusion aucune". "La nouvelle République ne saurait être édifiée sans la concrétisation du principe de l’échelle des valeurs" conclut le communiqué, un tantinet moralisateur.