L’état de santé de Kaddour Chouicha se dégrade dangereusement, a alerté sa femme dans une lettre adressée à l’opinion publique, pour attirer l'attention sur le danger qui guette son époux. Elle affirme que le vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) condamné à un an de prison ferme, est affaibli et risque des complications cardiaques et rénales en prison.

Ainsi, Jamila Loukil, l’épouse du défenseur des droits de l'Homme, prend l’opinion publique nationale et internationale sur les éventuelles complications de l'état de santé de Kaddour Chouicha. Elle affirme que l’état de santé de son mari « est fragilisé par les conditions d’incarcération et affaiblie par une grippe et une bronchite dont il ne s’est pas encore remis totalement ». Elle ajoute inquiète que « soumis aussi à un stress, sa tension artérielle a augmenté et est aujourd’hui bien trop élevée dans son cas. Cette situation nous inquiète, nous sa famille, au plus haut point car pouvant provoquer des complications cardiaques et rénale »

Jamila Loukil a tenu à révéler que son époux « est suivi médicalement avec des traitements, depuis 2015, suite à un œdème pulmonaire aigu. La maison d’arrêt d’Oran ne dispose pas des moyens pour faire face à sa situation en cas de complications ». Elle interpelle « toutes les autorités algériennes, le président de la République, le Premier ministre, le ministre de la justice, ainsi que toutes les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’Homme pour exiger son transfert en urgence dans une unité de soins adéquate et pour exiger sa remise en liberté ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

La femme du détenu tient les autorités pour responsables

La femme du détenu avertit les autorités sur la situation. « Je tiens, par la présente, pour responsable les autorités algériennes de tout ce qui pourrait arriver à mon époux à compter d’aujourd’hui » estime-t-elle. Elle conclut par : "Je vous demande d’agir en urgence pour que la santé et l’intégrité physique de mon époux soient assurées et qu’il soit remis en liberté".

Pour rappel, Kaddour Chouicha a été condamné à un an de prison ferme lors d’un procès qui s’est déroulé le 10 décembre 2019, à Oran. Il a été accusé d’ « outrage et violence sur fonctionnaires et institutions de l’État, offense au président de la République et exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l’intérêt national ».

Lire aussi : Tebboune aurait donné l'ordre de libérer tous les détenus politiques