Algérie - La présidence de la République a rendu public mardi 7 janvier un communiqué dans lequel elle met en garde contre les fake-news propagées par de faux comptes dans les réseaux sociaux, attribués à des hauts responsables de l'Etat. Ce communiqué de la direction de la presse et de la communication du palais d'El Mouradia intervient suite à l'incident ayant impliqué un faux compte attribué au Premier ministre Abdelaziz Djerad.

"La Direction de la presse et de la communication de la Présidence de la République a constaté récemment, une prolifération de faux comptes sur les différents réseaux sociaux attribués à de hauts responsables d'Etat, notamment sur Twitter et Facebook" indique le communiqué. Ses rédacteurs ne manqueront pas d'avertir que les auteurs de ces faux comptes s'exposent à des poursuites judiciaires.

Appel à la vigilance face aux faux comptes

Aussi, l'instance dirigée par Mohand Oussaïd Belaïd "appelle à la vigilance contre de tels comptes fictifs qui dupent l'opinion publique et nuisent aux hauts responsables de l'Etat". A aucun moment le communiqué ne cite un haut responsable de l'Etat dont le nom a été utilisé pour duper l'opinion publique. Il ne dit pas non plus si cette mise en garde vient du président Abdelmadjid Tebboune.

Mais l'opinion publique sait que de nombreux faux comptes existent depuis des années sur les réseaux sociaux. Y compris celui de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika. De même que plusieurs ex-ministres du gouvernement. Cependant, il faut dire que l'incident qui a amené la présidence de la Républiqueà réagir, c'est sans doute celui qui a impliqué le nom du nouveau Premier ministre.

À lire aussi :  African Lion 2023 : des manœuvres militaires controversées dans le Sahara Occidental

Abdelaziz Djerad n'a pas de comptes dans les réseaux sociaux

En effet, un faux compte Twitter portant le nom de Abdelaziz Djerad a annoncé le 2 janvier dernier le décès de l'ancien diplomate algérien Lakhdar Brahimi. Largement commenté sur les réseaux sociaux, le Ministère des affaires étrangères a vite fait de démentir cette information. Ce dernier s’est interrogé sur "les intentions des parties ayant colporté ces informations en ce moment précisément", rappelant que le Premier ministre ne disposait pas de compte Twitter.