Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND) a révélé que son parti compte changer d’appellation. Le candidat malheureux à la présidentielle du 12 décembre a affirmé ce samedi 11 janvier dans une conférence de presse organisée à Alger que les cadres et les militants de son parti ont engagé des discussions pour changer le nom du Parti.

Azzedine Mihoubi a expliqué cette décision par la nouvelle vision que compte apporter le RND. Il ajoute que son parti « envisage de donner une nouvelle image ainsi que de nouvelles idées et se débarrasser des anciennes pratiques ».

 Le secrétaire général par intérim du RND indique devant les journalistes qu’il « cherche à relancer un parti qui sera différent. Un parti ouvert sur de nouveaux horizons et capable de proposer de nouvelles visions ». Il affirme que « son parti ouvre les portes à tous les Algériens notamment ceux qui participent au Hirak afin de prendre des postes et enrichir son organisation ».

Par ailleurs, Azzedine Mihoubi assure que son parti n’a pas été consulté pour la création du gouvernement. Il a exprimé toute sa confiance dans la nouvelle équipe et appelle Adelmadjid Tebboune à inviter le parti pour les consultations sur l’amendement de la constitution.

Parcours du RND

Pour rappel, le Rassemblement national démocratique (RND) a été créé à la veille des élections législatives de 1997, par des proches du président Liamine Zéroual. Le Pouvoir à l’époque voulait remplacer le FLN de Abdelhamid Mehri qui était contre la démarche de Zeroual.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Le parti remporte la majorité des sièges de l’APN et devient en deux mois la première force politique du pays. Après l démission de Zeroual le parti recule pour laisser la place au FLN. Le RND a toujours fait parti des alliances présidentielles, un de ses secrétaires généraux, Abdelkader Bensalah, en l’occurrence a été nommé chef d'État par intérim en avril 2019 en remplacement de Abdelaziz Bouteflika.

Lire aussi : RND : Azzedine Mihoubi règle ses comptes