Une ex-ministre du gouvernement de Noureddine Bedoui (mars 2019/janvier 2020), visée par une enquête pour corruption en Algérie aurait tenté de prendre la fuite vers la France. Elle aurait été refoulée par les services de sécurité de l’aéroport international Houari Boumediene, le 4 janvier dernier, quelques heures seulement après son limogeage du gouvernement, indique ce samedi 11 janvier le quotidien arabophone Ennahar.   

Selon la même source qui ne cite pas néanmoins l’identité de l’ex-ministre, cette dernière aurait planifié sa fuite vers la France après avoir su qu’elle fait objet d’une enquête pour son implication dans plusieurs affaires de corruption.      

Cette ancienne membre de gouvernement Bedoui a été placée sous interdiction de sortir du territoire national (ISTN), le 2 janvier 2020, précise notre source. Elle aurait réservé son vol vers la France avec son passeport personnel.

 Pour rappel, Houda-Imane Faraoun et Djamila Tamazirt, respectivement, ancienne ministre de la Poste et des TIC et ministre de l'industrie, avaient été convoquées le 05 janvier dernier, par la brigade de gendarmerie de Bab Jdid à Alger. Soit le lendemain de la passation des consignes en cédant leurs places aux nouveaux ministres nommés par le président de la République Abdelmadjid Tebboune et son Premier-ministre, Abdelaziz Djerad.

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Les passeports des deux ministres Houda Imane Feraoun et Djamila Tamazirt, ont été confisqués. Elles sont interdites de quitter le territoire algérien. Les deux anciennes de gouvernement Bedoui seraient soupçonnées de malversations et de corruption dans l'exercice de leurs fonctions.